21 juin : La musique dans tous ses états

21 juin : La musique dans tous ses états

Le 21 juin se fête chaque année en musique dans le monde entier. Cette date est proclamée fête de la musique à l’échelle internationale. Chaque pays possède sa propre manière de fêter  l’évènement. Au Maroc les activités prévues pour célébrer la musique ne sont cependant pas légion. A part Casablanca, les autres villes du Royaume restent assez discrètes. La capitale économique prévoit une série de concerts le soir du 21 juin dans plusieurs quartiers. L’événement est organisé par le Conseil régional du tourisme de Casablanca en partenariat avec les associations de quartiers regroupées autour du réseau Maillage. Cette initiative était née en 2003 tout juste après les attentats du 16 mai. Des stars étrangères étaient venues animer les concerts, une façon de montrer leur solidarité.
Les années suivantes, il fallait trouver un autre concept et se tourner plutôt vers les jeunes talents. C’est dans ce sens que le CRT de Casablanca s’est tourné vers maillage pour organiser une fête de la musique de la proximité. Selon Ahmed Ghayat, «pour réussir une véritable fête de la musique il faut se tourner vers les jeunes de quartiers pour une meilleure proximité». Ainsi, les artistes qui joueront ce soir-là n’ont pour la plupart jamais eu l’occasion de se produire sur scène. «On veut donner l’occasion aux jeunes de révéler la pleine mesure de leurs talents » ajoute le président du réseau Maillage.
En tout cinq scènes seront installées dans plusieurs quartiers de la capitale. Il s’agit en outre de la Casablancaise au centre-ville, le complexe Moulay Rachid, le stade du Rachad à Sidi Bernoussi et enfin le stade Oulfa à Hay Hassani et enfin la place El Ayoun à Derb Sultan. Une cinquantaine d’artistes seront présents lors de cette fête de la musique à Casablanca.
La catégorie Break dance sera représentée par le groupe Dima Style du quartier Lalla Meryem, «Ouled El Houma» vont interpréter du Châabi et enfin Big Boss chanteront et danseront hip hop dans la catégorie espoir.
Côté artistes confirmés, le CRT a concocté un programme d’un autre style. Question de s’adresser à un public familial. Il s’agit de Tagada, de Najat Atabou, Oulad Bouazzaoui, Oulad Beneguida et enfin Bnat El Ghiwane. D’après le directeur du CRT Said Mouhid, le budget consacré à cet événement est de 500.000 DH. Après Casablanca, cap sur Rabat, la capitale administrative.
Les conservatoires de musiques, les premiers concernés, ne seront pas de la fête. Contacté par ALM, le directeur de cet établissement Mohamed Jouhari a affirmé qu’ils n’organisent aucune activité à cette occasion. La raison : les examens qui pointent leur nez. «Cette époque coïncide avec les examens et le concours national de musique, nous ne pouvons malheureusement pas faire la fête», a déclaré celui qui a remplacé le guitariste Said Laghzaoui après son départ volontaire. Même son de cloche du côté du conservatoire municipal de  Casablanca. «La fête de la musique tombe mal cette année, nous sommes en pleine période d’examens», souligne le directeur de cet établissement Haj Younès. Le ministère de tutelle n’a rien prévu de particulier. «A part les festivals qui commencent bien avant le mois de juin, nous n’allons pas organiser de fête particulière», déclare la directrice des arts Souad Razouk. Celle-ci estime que les festivals sont suffisants.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *