8ème édition du Festival international du film de Marrakech : Hommage posthume à Youssef Chahine

8ème édition du Festival international du film de Marrakech : Hommage posthume à Youssef Chahine

Pour sa huitième édition, le Festival international du film de Marrakech (FIFM), prévu du 14 au 22 novembre, rendra un vibrant hommage, à plusieurs créations cinématographies notamment le cinéma britannique (40 ans de cinéma anglais), la Russie d’Andrei Konchalovsky et 50 ans du cinéma marocain.
Concernant le 7ème art de la Grande-Bretagne, les organisateur proposent aux festivaliers une rétrospective d’une quarantaine de films, depuis «If» de Lindsay Anderson (Palme d’or en 1968) jusqu’au film de Ken Loach «Le vent se lève» (Palme d’or 2006). Fidèle à ses convictions d’offrir au public une sélection riche et variée qui apporte une connaissance internationale de la création cinématographique qui mette en scène les différentes cultures, l’édition de 2008 rendra également hommage à «la Russie d’Andrei Konchalovsk». Cette même rétrospective sera reprise en janvier 2009 à Paris. Sept films seront proposés aux festivaliers, dont le dernier opus «Gloss» d’André Konchalovsk, «Le nid de gentilshommes», avec Irina Kuptchenko, Leonid Kulaguin, Beata Tyshkevitch, «Oncle Vnia», (Siberiada), chronique d’un village de la Sibérie du début du XXe siècle aux années soixante-dix, «Le cercle des intimes», «Riaba ma poule», «La Maison de fous»…
Les 50 ans du cinéma marocain seront célébrés par l’expérience cinématographique de Mohamed Osfour dont le premier long métrage «Le fils maudit» est une expérience qui couronne les quelques courts-métrages qui parodiaient les grands genres cinématographiques. Notons que la filmographie marocaine fête cette année son jubilé d’or dans un contexte particulier, marqué par une grande dynamique qui caractérise l’ensemble de la profession cinématographique. Conséquence d’un long parcours de tâtonnements, de recherches, de traversée de désert et fruit d’une maturation qui lui ont permis de se doter d’outils et de stratégies au service d’une production cinématographique nationale de plus en plus visible, progressant à un rythme régulier, reconnue et appréciée à travers le monde.
La 8ème édition tient également à saluer le grand talent du cinéaste décédé récemment, Youssef Chahine, auteur des célèbres films en l’occurrence: «Le destin», L’émigré», «L’Autre», etc. Rappelant que le festival prévoit de rendre hommage à cet illustre créateur et auquel le FIFM avait déjà rendu un chaleureux hommage en 2004.
Onze films égyptiens seront projetés dans le cadre de cet hommage posthume.
Toujours dans le cadre de la programmation «Flash-Back»; le festival rendra hommage à Alfred Hitchkok qui a marqué par ses créations et par son génie, toute son époque. Les festivaliers auront le plaisir d’assister à deux grandes créations de ce réalisateur hors pair, notamment «Le grand Fright» et «The birds». Le public pourra lors de cette 8ème édition redécouvrir les chefs-d’œuvre de Stanley Kubrick à travers son film «Orange mécanique».
Né à Moscou en 1937, Andreï Konchalovsky est le fils du couple d’écrivains Sergeï Mikhalkov et Natalia Konchalovskaïa. Petit-fils du peintre Piotr Konchalovsky et arrière-petit-fils du peintre Vassili Sourikov. Désormais, le festival est devenu l’un des événements les plus prestigieux et les plus courus du monde du 7ème art.
Inaugurée sous les meilleurs auspices, cette grande manifestation artistique réunit chaque année un impressionnant parterre d’artistes.
Créé en 2001, le FIFM n’a cessé de s’imposer en tant qu’événement de référence avec la participation de stars de premier plan venus du monde entier et l’engouement d’un public de plus en plus nombreux. Cette année, le FIFM propose une sélection de 121 films représentant 22 nationalités.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *