Ça jazz à Casablanca

Ça jazz à Casablanca

Il swingue cette semaine à la métropole avec la quatrième édition du festival Jazzablanca  qui commence aujourd’hui et se poursuit jusqu’au 18 avril au Mégarama. Les rythmes, les couleurs et l’esprit métissé du jazz seront à l’honneur avec des artistes de grand calibre. Les plus connus sont Keziah Jones et Ayo. Le premier inaugure aujourd’hui le festival avec son concert. Influencé par la personnalité politique et morale du musicien nigérien Fela, par le jeu de Jimi Hendrix et de Prince, il fera découvrir aux Casaouis son style unique, le «Blufunk». Ayo dont le concert est prévu le 17 avril, ravira les amoureux des chansons folk à la Tracy Chapman, avec les chansons de son premier album qui a connu un franc succès en France, en Italie, en Grèce ou encore en Allemagne,  ainsi que celles de son second album Gravity At Last enregistré en 5 jours et qui parle d’amour, de corruption, voire de politique. Et toujours au Mégarama, le concert de Pat Martino aura lieu le 18 avril. Il s’agit sans conteste dans ce festival de l’artiste le plus inscrit dans la pure et rude tradition jazz, sachant que cette musique qui comprend une grande variété de sous-types est par définition issue d’un savant croisement de courants très divers. Avec son phrasé legato, très rapide, et harmoniquement très riche, Pat Martino est considéré comme un des principaux guitaristes de bebop à l’instar de Joe Pass, Wes Montgomery ou Jim Hall. Vient ensuite Hamid Kasri, un autre musicien de jazz, bien de chez nous cette fois et qui se produira le 15 avril. Ce grand bluesman qui a joué avec d’illustres noms du  jazz de par le monde, a su inscrire la tradition musicale gnaouie dans un contexte plus moderne et universel tout en gardant son authenticité. Et l’ambiance piquante de la musique latine n’est pas en reste au Jazzablanca notamment ave l’Orchestre Sensacion Havana le 16 avril.
Depuis la création en 1985 à la Havane, cet orchestre s’est illustré notamment en accompagnant des artistes aussi célèbres que Celia Cruz, Tito Puente, Orquesta Ban Ban, et Thalia. Que le jazz dure à Casa !


Le jazz a élu domicile sous le Rocher


Véritable QG artistique du Festival, le club «Jazz sous le Rocher» qui vient d’ouvrir ses portes mi-février est situé au rez-de-chaussée du mystique « Petit Rocher ». Cet établissement accueille chaque semaine des groupes de jazz venus d’horizons divers. Sa programmation régulière et de qualité fait de lui un haut lieu de jazz.


Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *