A bâtons rompus : Nafali : «Pour une animation permanente à Rabat»

A bâtons rompus : Nafali : «Pour une animation permanente à Rabat»

ALM : En quoi la 11ème édition du Festival de Rabat est-elle différente des précédentes ?
Hassan Nafali : Cette 11ème édition marque la mise en œuvre du nouveau concept du festival. Par le passé, il y avait plusieurs festivals dans le Festival. Musique, cinéma, théâtre, arts plastiques, poésie et littérature se déroulaient simultanément. Mais, comme vous le remarquez, nous avons retenu pour cet été uniquement deux rubriques : musique et cinéma. En ce qui concerne la musique, nous avons veillé à ce que la priorité soit donnée aux artistes marocains. Le taux de participation de nos artistes s’élève à 80%, sans oublier que le privilège de l’ouverture du 11ème Festival, 100% marocaine, est revenu à Hayatt Al Idrissi, Noâmane Lahlou et Abdelfettah Bennis.
Si la priorité a été accordée aux artistes marocains, la participation étrangère n’a pas été en reste. Nous avons tenu à ce que cette participation corresponde à notre vision du festival, selon laquelle le divertissement n’est qu’un prétexte à l’éducation citoyenne. A méditer sur le plateau de cette édition, tout un chacun comprendra pourquoi nous avons amené Marcel Khalifa, Nasser Chemma ou encore Assala, laquelle incarne la chanson arabe authentique.

Si, en effet, le volet musical a été de qualité, celui du cinéma a laissé à désirer. Pourquoi alors ce recul ?
Cette année, on a gardé seulement le Prix Hassan II du cinéma. Mais si nous nous sommes contentés du volet compétition, nous voulions nous accorder un temps pour doter le cinéma de son propre festival. La première édition de ce festival aura lieu en novembre prochain. Quoi qu’il en soit, la 6ème édition du Prix Hassan II a été ponctuée de beaux moments. Les cinéphiles ont pu apprécier plusieurs films étrangers, dont l’iranien « Les tortues volent aussi », sans oublier l’hommage que nous avons rendu au cinéma hollandais, à l’occasion de la célébration du 400ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Maroc et les Pays-Bas.

Qu’en est-il des autres rubriques, poésie, littérature, arts plastiques… ?
S’agissant de théâtre, son 1er festival est annoncé pour le mois d’avril, alors que pour la poésie, la littérature et les arts plastiques, ils auront leur festival au mois du Ramadan prochain.

Qu’est-ce qui aurait dicté le redéploiement du Festival de Rabat sur plusieurs périodes de l’année ?
Ce redéploiement a été motivé par le désir de doter la ville de Rabat d’un programme d’animation qui s’étend sur toute l’année.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *