Abdellatif Lasri à la conquête de Paris

Abdellatif Lasri à la conquête de Paris
L’artiste peintre marocain Abdellatif Lasri, revient à Paris avec une nouvelle exposition à la galerie Vintage. Un événement. Et c’est un autre retour triomphal. Cela fait trente ans que le peintre Abdellatif Lasri a exposé ses travaux à La Maison du Maroc à Paris. En 1983, la critique avait alors découvert un talent certain. Un peintre accompli, qui a, depuis, exposé un peu partout explorant de nombreux horizons, toujours avec autant d’aisance et sans trop de vagues. Peintre discret, peintre hétéroclite, ce natif de Casablanca en 1957, apporte les dernières retouches à son exposition parisienne. Oui, une autre, lui qui navigue entre le Maroc et la France et a su, avec le temps, se faire un nom dans la capitale de l’art. Cette fois, c’est à la Galerie Vintage qu’il s’expose du 11 juin au 11 juillet 2015.
 
Abdellatif Lasri fait cavalier seul au sein de la communauté des plasticiens au Maroc. Son travail ne ressemble à aucun autre. Des visages, travaillés au scalpel, des ensembles chromatiques qui reviennent  pour signifier le morcellement des êtres et des choses. Peinture au plus  près de l’humain, chez Lasri, le procédé du peintre paraît, de prime abord, simple. Mais il n’en est rien. Là, encore, le jeu des apparences n’est qu’un palier de signifiance. Car chez Abdellatif Lasri, qui est passé à un travail encore plus abstrait et presque monochromatique, avec des fulgurances en noir et gris ou blanc et noir, la peinture est un art du surgissement immédiat et de l’à-plat.
On l’a bien vu avec cette belle série des visages, qui lui a pris une belle partie de son parcours artistique, l’humain, dans toutes ses manifestations,  est une question d’apparitions. Des surgissements sitôt envahis, après de brefs coups d’éclat où l’on sent les préoccupations existentielles d’un peintre qui aborde son support comme un anthropologue un terrain vierge, mais plein d’indices. Tout ce travail aujourd’hui mis en avant nous renvoie, sans appel, à ces multiples contractures qui traversent les trente ans de peinture de Lasri. Une continuité homogène, une ligne directrice, un travail réfléchi, libre certes, mais  sans heurts ni accidents de parcours.   
 
Abdellatif Lasri est un grand peintre marocain. Il a très vite compris que pour laisser une trace en tant qu’artiste, il a fallu laisser de côté les influences de mode, les accointances avec la facilité.
 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *