Attijariwafa bank : le pari d’une fondation

Attijariwafa bank : le pari d’une fondation

Le multimédia est au service de la scénographie jusqu’au 20 mars 2006 au Complexe culturel Moulay Rachid à Casablanca. En partenariat avec plusieurs institutions, la Fondation d’Attijariwafa bank lance un cycle de formation croisant les outils numériques et multimédias et débouchant sur des créations vivantes. La session 2006 se fera en trois étapes et se poursuivra jusqu’au 20 mars. Selon les organisateurs de cette manifestation, «ces ateliers s’adressent aux étudiants en section Scénographie, Audiovisuel et Arts plastiques ainsi qu’à de jeunes artistes». L’idée serait d’introduire une dimension innovante dans l’écriture plastique et scénique. Aussi ces ateliers pourront donner l’occasion aux jeunes créateurs d’expérimenter les derniers outils technologiques de l’image numérique au service des arts de la scène et des arts visuels. Ce nouveau langage, qui implique le corps, le geste et la création plastique dans des situations très variées, ouvre ainsi la possibilité à des formes d’expression croisées comme les performances par exemple. Les participants à ce cycle de formation pourront découvrir la richesse de l’art de la scénographie allié à l’infographie et au multimédia.
Ces ateliers de formation qui investiront également le théâtre 121 de l’Institut français de Casablanca seront animés par deux compagnies françaises K-Danse et Arts immédiats. « Ces deux compagnies sont reconnues sur le plan international pour leur rôle pionnier et leur dynamisme dans les domaines croisés de la création plastique contemporaine, des arts du spectacle et du multimédia», souligne  un communiqué des organisateurs. La compagnie Arts immédiats dirigée par Christian Zagaria explore toutes les possibilités qu’offrent aujourd’hui les nouvelles technologies de l’image selon une technique scénographique qu’elle appelle «info-scéno-plastie» où l’infographie et la musique détiennent une place importante. Par ailleurs, la compagnie K-Danse, dirigée par Jean-Marc Matos, investit plus particulièrement les relations entre la danse et les environnements numériques et joue sur l’interface entre le corps, la sensation et la machine. La compagnie K-Danse se produira également en spectacle «Ecran nuit-Tap.Tap.» au Théatre 121 de l’Institut français le 23 mars.
A l’issue de la formation et pour permettre au public d’apprécier ces nouvelles créations, deux représentations auront lieu au Complexe Moulay Rachid, lundi 20 du même mois à 20h00 et au Théâtre 121 de l’Institut français de Casablanca le mardi 21 mars à 21h00, durant le Festival international d’art vidéo de Casablanca. En somme, les performances art vidéo seront à l’honneur dans trois cycles de formation. Une façon de préparer la 13ème édition du Festival international d’art vidéo de Casablanca qui aura lieu du 20 au 25mars prochain.

 Renseignements Pratiques
 
Dates et lieux du cycle
de formation

Dates : Du 6 au 11 février
             Du 10 au 20 mars
             Du 13 au 20 mars

Lieux :
– Complexe culturel Moulay Rachid -Casablanca
– Théâtre 121 de l’Institut français- Casablanca

   

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *