Avec Michelle Obama, la mode va revenir à la Maison-Blanche

Après les années Clinton et Bush, vingt ans pendant lesquels les épouses des présidents ont été très classiques et discrètes, la mode fait à nouveau irruption à la Maison-Blanche, comme au début des années 60. Comparée souvent à Jacqueline Kennedy, impérissable icône de l’élégance, Michelle Obama, 44 ans, est en fait très différente, par son origine modeste comme par ses choix vestimentaires éclectiques.
L’épouse de Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a grandi dans un appartement d’une seule pièce dans un faubourg de Chicago, a connu le racisme à l’Université, et si elle accorde une attention extrême à son apparence, elle n’hésite pas à favoriser des stylistes jeunes ou inconnus, voire à acheter chez H&M une petite robe d’été à 35 dollars. Le site www.blackvoices.com rappelle ainsi qu’une robe noire et blanche à taille empire, qu’elle portait en juin dernier lors de l’émission pour femmes au foyer «The view» sur la chaîne ABC, avait disparu en quelques heures des magasins «Chico», une chaîne de distribution à bas prix. Provocation ou pas, cette tenue à 148 dollars portait l’étiquette «Maison-Blanche-Marché noir», une marque exclusive de «Chico», qui avait immédiatement mis dans ses vitrines une pancarte montrant «la robe qui mène à la Maison-Blanche». Grande -1m82-, athlétique, Michelle Obama remet au goût du jour les formes féminines, qu’elle souligne volontiers avec des robes moulantes, comme le remarque avec fierté le mensuel Ebony, magazine créé en 1945 pour le lectorat noir américain. Et si les créateurs les plus célèbres, de Marc Jacobs à Karl Lagerfeld, sont en lice pour signer les tenues qu’elle portera le 20 janvier prochain à Washington pour l’investiture de son mari, le blog «www.mrs-o.org», créé spécialement pour suivre son style, rappelle combien ses choix sont recherchés mais pas forcément chers, et accordent une grande importance aux accessoires. Une des couturières préférées de Mme Obama est Maria Pinto, une créatrice de Chicago dont elle portait une robe bleu turquoise aux manches trois-quart, décolletée en V, à la Convention démocrate en août dernier.
Le vêtement était agrémenté d’une broche en argent et pierres turquoises en forme d’étoile, provenant de sa collection personnelle, selon plusieurs blogs qui se réjouissent du retour en force d’un accessoire un peu tombé en désuétude. Mme Pinto avait également réalisé la robe fuchsia portée le soir de l’annonce de la victoire de Barack Obama à l’investiture démocrate. Et si la ceinture noire était signée Azzeddine Alaïa, le collier de perles, lui, venait de chez «Carolee», une créatrice de bijoux de pacotille. Le rang ras-du-cou que portait Mme Obama s’appelle désormais «Les perles de Michelle» et peut être acquis pour cinquante dollars dans la boutique en ligne de la marque. La robe rouge et noir signée Narciso Rodriguez, portée par l’épouse du président-élu le soir du 4 novembre à Chicago, a fait couler beaucoup d’encre. Mais les fanatiques du commentaire peuvent se réjouir: dans l’interview des Obama réalisée fin novembre par la journaliste vedette Barbara Walters sur ABC, Michelle O. a encore innové avec Jason Wu, un créateur de 26 ans né à Taipeh et qui a grandi à Vancouver, auteur de la «petite robe» ivoire avec des motifs noirs surpiqués.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *