Confirmation de l’authenticité du petit crâne du Tafilalet

Le crâne de taille minuscule, découvert par un jeune paléontologue amateur en juillet dernier près d’Erfoud, sur un site réputé pour ses fossiles d’Orthocères et de Goniatites, a été authentifié par des scientifiques. "C’est un crâne authentique et non un objet façonné", a assuré Dr Alaoui Abdelkader, radiologue et directeur de l’hôpital Moulay Ali Chrif, après avoir effectué un examen tomodensitométrique (scanner à rayon X).
Le crâne dont la taille ne dépasse pas celle d’une pomme (circonférence 18,4 cm) a été découvert sur un terrain de Dévonien, ce qui donne une idée sur son âge qui pourrait dater de 360 millions d’années. "Les résultats sont fascinants et je suis vraiment étonné devant la plasticité biologique" de ce crâne, a affirmé Dr Alaoui, soulignant que les informations numériques (densités) issues du scanner sont conformes aux valeurs de densité osseuse". "Je crois que ce crâne cache encore des surprises", a-t-il estimé en faisant référence à l’éventuelle fossilisation du cerveau. Les images issues du scanner, révélant une architecture particulière et une densité très faible, laissent espérer de trouver un cerveau fossilisé "et non un banal moulage endocrânien naturel", a soutenu Dr Alaoui. Mohamed Zarouit avait avancé, lors de l’annonce de sa découverte, que le crâne fossilisé est du genre Homo. A en juger par les dents de sagesse non usées, il s’agit bien d’un adulte, avait-il soutenu. Le crâne présente les caractéristiques du genre Homo, comme en atteste la position du trou occipital (centrée), la mâchoire (courte, parabolique), l’angle symphysaire (obtus, se positionne en retrait), le front (haut et bombé, comme l’arrière crâne) et la formule dentaire (estimée à 32 dents, insérées verticalement), avait-il précisé. Une étude préliminaire sur le spécimen avait été publiée dans la revue scientifique Bipédia on line N° 25. Interrogé par la MAP sur le procédé utilisé pour dater le spécimen, M. Zarouit a expliqué s’être basé sur un procédé de datation bio chronologique, ajoutant que la même méthode a été adoptée pour dater le fameux crâne de Sahelanthropus tchadensis (6 à 7 millions d’années) qui a été également retrouvé à même le sol en dehors de toute connexion géologique. Intéressé par le sujet, Eddahby Lhou, ingénieur chercheur en géologie appliquée et membre du groupe de recherche en géologie appliquée (GRGA) à la faculté des sciences et techniques d’Errachidia, a indiqué qu’une étude topographique et stratigraphique du site ainsi qu’un relevé détaillé de la faune qui y est associée seront bientôt annoncés.
M. Eddahby a toutefois souligné la nécessité de lier les études sur le crâne en question aux fouilles entreprises sur les sites de Sijilmassa.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *