Ecouter

Mike Oldfield : Light and Shade
C’est une œuvre surprenante, gênante dans la forme alors que l’attente était immense. Déjà, les critiques se font extrêmement virulentes, et pour cause, les deux cd ici proposés rompent complètement avec ce qu’attendaient les fans.  Enfin ce n’est pas une rupture complète, loin de là ! Il est temps de voir un peu derrière les apparences. La partie “Light” de l’œuvre correspond à un style auquel Oldfield nous avait déjà habitué, à savoir des morceaux essentiellement planants, doux et apaisants, censés nous transporter ailleurs. Certains n’y verront qu’un vide inquiétant, là ou d’autres se montreront plus magnanimes. “Angelique” ne bouge pas beaucoup, mais est tout de même une sacré belle introduction. Renouvellement intéressant, c’est le piano qui est mis en avant maintenant (et cela se constatera de façon flagrante ultérieurement). “The Gate”, un titre très attachant, reprend complètement l’idée d’incantations, en la modernisant, avec des chants provenant plus du bidouillage électronique qu’autre chose. Encore une fois, un titre très agréable qui ne fait absolument pas tache. “Blackbird”, “First Steps”, “Closer”…des titres où le piano domine, pour former une trame sur laquelle un semblant de guitare vient de temps en temps se greffer. Mais de beaux morceaux.


Danger Danger : Live & Nude
Il aura donc fallu attendre cette fin d’année 2005 afin que DANGER DANGER nous offre le premier album live de sa carrière. Nul doute que celui-ci est attendu avec impatience par les fans de Hard Rock mélodique ainsi que par les supporters. HardCore de DANGER DANGER compte une base solide à défaut d’être très conséquente. Enregistré lors de la tournée 2003, ce DANGER DANGER n’est donc pas celui d’origine puisque c’est Paul Laine et non Ted Poley qui officie au poste de chanteur. A n’en pas douter, certains risquent de faire la tronche car Ted Poley est souvent considéré comme étant le frontman de DANGER DANGER.
Et même si Paul Laine a été plutôt bien accepté par les fans depuis son arrivée, certains regretteront de ne pas retrouver le timbre particulier de ce superbe chanteur.
Pas d’Andy Timmons non plus sur ce live mais par contre, Bruno Ravel, Steve West et Rob Marcello sont de la partie. Ne faisons donc pas la fine bouche et sachons nous contenter de ce qui nous est proposé ici d’autant plus que ce live est affublé d’un son tout à fait performant ce qui n’est pas toujours le cas avec les albums live.


Madonna : confessions on a dance floor
Après l’insuccès relatif d’American Life, qui l’avait conduite aux frontières de la pop folk acoustique, la madone réclame sa revanche. Elle a rangé ses joggings Adidas, sa guitare sèche et son discours anti-Bush pour revêtir la peau d’une diva des clubs. Ce qu’elle a été pendant très longtemps. Rajeunie avec son look à la Farrah Fawcett, elle retrouve enfin le plancher des discothèques, délaissé pour les centres kabbalistiques, les couches et les manoirs bourgeois britanniques, à l’occasion d’un album savoureux qui brasse toutes les plus grandes tendances dance des années 70 et 80, d’Abba à Moroder en passant par… Madonna herself ! Il est en effet impossible, en découvrant Confessions on a dance floor , de ne pas penser à son premier album éponyme, l’un des meilleurs dans son genre, qui allait l’imposer en 1983 comme l’une des grandes figures de la scène new-yorkaise.


Ganga Fusion : Salam
Salam est le troisième album du groupe Ganga Fusion. Tout en conservant l’esprit de Fusion, le groupe composé de sept musiciens, nous livre un opus plein de maturité. Produit par IL Maroc Compact Disc, le CD propose un mélange entre Jazz, Blues et folklore donnant naissance à une sonorité originale. Le tout emballé dans une ambiance festive. De quoi faire vibrer les foules. Ganga Fusion est un véritable groupe de scène. Son passage au Mystic Garden à Casablanca puis au théâtre Royal à Marrakech a eu de bons échos auprès des fans de ce style musical. Difficile donc de résister au charme de ce groupe qui attire de plus en plus de fans. En somme, Ganga Fusion est un groupe promu à un avenir merveilleux. En effet, ses sept jeunes artistes semblent trouver la formule du succès. Le groupe envisage déjà d’enregistrer un quatrième disque, mais en s’inspirant cette fois-ci de la musique soufie. A suivre de près !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *