Festival du court métrage méditerranéen de Tanger : «Mémoire 14» ouvre le bal

Festival du court métrage méditerranéen de Tanger : «Mémoire 14» ouvre le bal

C’est parti pour le neuvième Festival du court métrage méditerranéen de Tanger. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation de six jours s’est distinguée, lundi 3 octobre, par la projection du film «Mémoire 14» de son réalisateur Ahmed Bouanani. Réalisé en 1971, ce court métrage documentaire de 24 minutes décrit la tragédie populaire vécue entre 1912 et 1953, et ce à travers plusieurs mémoires traçant les faits marquant l’histoire du Maroc sous le protectorat français. A l’instar des années précédentes, la cérémonie d’ouverture de cette neuvième édition a connu la présentation des membres du jury. Présidé par le critique de cinéma marocain Mohamed Bakrim, ce jury est composé de six autres membres, notamment la réalisatrice et productrice algérienne Mina Chouikh, la journaliste et critique de cinéma libanaise Vicky Habib, la comédienne marocaine Saâdia Ladib, le réalisateur ivoirien Kitia Touré, le producteur français Emmanuel Prévost et le réalisateur marocain Jamal Belmejdoub. Selon le directeur général du Centre cinématographique marocain (CCM), Noureddine Saïl, le Festival du court métrage méditerranéen, qui a été créé en 2002 sous l’initiative de Mohamed Achaâri, alors ministre de la culture, ne cesse de se développer. Il affirme que de jeunes talents, tels que le cinéaste Mohamed Mouftakir, qui y avaient été primés, ont été ensuite lauréats des prix décernés pendant le Festival national du film de Tanger. Il poursuit que cette neuvième édition se veut un lieu de création et de joie permettant «de s’exprimer librement dans un pays qui garantit les fondements de la liberté d’expression». Par ailleurs, le choix s’est porté, cette année, sur cinquante-cinq courts métrages en compétition, qui représentent vingt pays du pourtour de la Méditerranée. Cinq productions marocaines figurent dans la compétition officielle de cette neuvième édition. Il s’agit notamment des courts métrages «Android» de Hicham Lasri, «Karkobi» de Jais Zinoun, «Les vagues du temps» de Ali Benjelloun, «Mokhtar» de Halima Ouadriri et «Sur la route du paradis» de Uda Benyamina. Il est à noter que l’ensemble des cinquante-cinq courts métrages sont, cette année, en lice pour quatre prix, à savoir le Grand prix du festival, le prix spécial du jury, le prix du scénario ainsi que le prix de la réalisation. Un prix de jeunes cinéastes sera décerné, au cours de cette neuvième édition, aux sept films réalisés par des étudiants des écoles de cinéma au Maroc. Outre la projection des films en compétition, ce festival connaît aussi la diffusion d’un panorama de courts métrages marocains et de films destinés aux détenus de la Prison civile et des associations à Tanger. La programmation de cette édition comporte aussi des débats autour des courts métrages en compétition. La leçon de cinéma sera donnée, cette année, par le cinéaste marocain Hakim Belabbes. Et la fête ne fait que commencer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *