Hollywood lance la saison d’été des «blockbusters»

Hollywood lance la saison d’été des «blockbusters»

Iron Man, Batman, Indiana Jones, Carrie et ses amies de «Sex and The City», l’Incroyable Hulk, les agents Mulder et Scully ou encore Max la Menace: ce sont quelques-uns des héros de Hollywood à l’affiche dans les prochaines semaines pour la saison estivale des «blockbusters», ces films d’action à gros budget. Les grands studios ont programmé au moins une grosse sortie par semaine -et parfois deux- du 2 mai au 15 août. Le premier à ouvrir le bal, «Iron Man», le 2 mai (le 30 avril en France), est une des nombreuses adaptations d’une bande dessinée de Marvel Comics.
Le film de Jon Favreau avec Robert Downey Jr, Terrence Howard et Gwyneth Paltrow raconte l’histoire de Tony Stark, inventeur, vendeur d’armes et milliardaire, enlevé en Afghanistan. A priori, «ce n’est pas le type le plus sympathique», reconnaît le réalisateur.
Mais Stark construit à l’insu de ses ravisseurs une armure révolutionnaire, instrument de haute technologie qu’il décide de mettre au service de la justice et du bien… Jon Favreau, en recrutant un acteur comme Robert Downey Jr, espère avoir évité le principal écueil du genre: «tomber dans la série B, faire un Superman du pauvre».
Autre adaptation d’un dessin animé japonais de 1967, «Speed Racer» et sa puissante voiture Mach 5 déboulent le 9 mai (le 18 juin en France). As du volant fonceur et intrépide, Speed Racer (Emile Hirsh) s’efforce de remporter un mythique et dangereux rallye pour sauver l’entreprise familiale et sa carrière. Christina Ricci, petite amie du héros, et Matthew Fox (de la série «Lost»), le mystérieux Racer X, complètent la distribution de ce film des frères Andy et Larry Wachowski, les réalisateurs de «Matrix».
En 1.300 ans, les choses peuvent beaucoup changer. Peter, Susan, Edmund et Lucy Pevensie le constatent dans «Le Monde de Narnia: Prince Caspian», deuxième chapitre de la saga sur les écrans américains le 16 mai et français le 25 juin. De retour dans le royaume magique, les quatre enfants s’allient au prince Caspian (Ben Barnes), héritier du trône, pour lutter contre le tyrannique roi Miraz. Ils retrouvent au passage leur vieil ami, le puissant lion Aslan.
Depuis la sortie du premier épisode il y a trois ans, d’énormes progrès sont intervenus en matière d’animation numérique, ce qui permet de «rendre beaucoup plus réels» les personnages créés sur ordinateur, explique le réalisateur Andrew Adamson.
Un des grands événements de la saison est la sortie le 22 mai (21 mai en France) «d’Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal». Dix-neuf ans après «Indiana Jones et la dernière croisade» (1989), le quatrième volet de la série réunit Harrison Ford dans le rôle du célèbre archéologue et aventurier, le réalisateur Steven Spielberg et le producteur George Lucas.
«Nous avons fait exactement comme avant, alors ne vous attendez pas à voir des F-14 voler sur des autoroutes, ça n’arrivera pas», prévient George Lucas. Le film se déroule sur fond de Guerre Froide, dans les années 50, avec Cate Blanchett dans le rôle d’une espionne soviétique et Karen Allen dans celui de Marion Ravenwood, compagne d’Indiana Jones dans les «Aventuriers de l’Arche perdue» en 1981.
Dans un autre genre, Carrie (Sarah Jessica Parker) et ses copines (Kim Cattrall, Kristin Davis, Cynthia Nixon) transposent au cinéma leur rôle de «Sex and The City». On retrouve dans le film de Michael Patrick King (28 mai en France, 30 mai aux Etats-Unis) l’esprit caustique et libéré de la série, mais on ne parle pas que de sexe, note Sarah Jessica Parker. Carrie et ses amies, dit-elle, s’interrogent sur l’engagement, la famille, le temps qui passe. Toujours vert et très en colère, «L’Incroyable Hulk» revient lui sur les écrans le 13 juin (23 juillet en France) dans un film signé Louis Leterrier, un disciple de Luc Besson. Après l’échec de «Hulk» d’Ang Lee en 2003, Marvel cherche à relancer la saga. Le film, selon son producteur Kevin Feige, ne perd pas de temps à expliquer pourquoi le scientifique Bruce Banner (Edward Norton) se transforme en mutant lorsqu’on l’importune.
Dans la série des grands retours, d’autres héros de la télévision, la littérature ou la BD s’afficheront cet été sur grand écran.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *