Il y a 100 ans, le premier vol

Il y a 100 ans, le premier vol

Une histoire de pile ou face a changé la face du monde. C’est un 17 décembre 1903 que l’histoire de l’aviation motorisée a commencé dans un obscur village, devenu véritable lieu de pèlerinage pour tous ceux qui rêvent de voler : Kitty Hawk (Caroline du Nord, côte est des Etats-Unis). Les frères Wright sont conscients ce jour-là d’ouvrir une grande page de l’Histoire. Le premier homme à voler sur un avion dirigeable sera un immortel. Orvile Wright a gagné à pile ou face le droit d’effectuer le premier essai. Sur un biplan, composé de bois, de toile et de tubes métalliques, un appareil relativement léger (240 kg), il s’est allongé à plat ventre sur le plan inférieur, entre les deux hélices. L’appareil était disposé sur une rampe de lancement sous forme d’un long rail. Orvile Wright a pris appui sur les deux coudes pour tenir les commandes. Et il a réussi un court vol de 36 mètres, parcouru en 12 secondes. Il a volé, mais le photographe, invité pour immortaliser l’exploit, n’avait pas eu le temps de réaliser un cliché indiscutable. Son frère Wilbur a eu la main plus heureuse. Il a franchi 260 mètres en 59 secondes ! L’histoire n’a retenu ni le nom d’Orvile, ni celui de Wilbur, mais des frères Wright. Ceux-ci avaient pris soin d’inviter plusieurs témoins et journalistes, mais seuls quelques curieux ont assisté au vol, parmi lesquels le photographe qui a effectué les prises de vue de l’exploit. Ils n’en ont tiré aucune gloire. Il a même fallu cinq bonnes années pour que leur vol sorte de la confidentialité. Les Wright se sont installés, en 1908, en France pour présenter leur appareil et ouvrir une école de pilotage. Ils ont amélioré le biplan, mais la conquête de l’air n’a pas voulu d’eux. À l’origine de cela, une polémique au sujet du premier vol de l’Histoire. Certains remontaient à plus loin la date du premier vol. Le Français Clément Ader avait précédé les frères Wright le 9 octobre 1890, s’élevant avec son “Eole“ à quelques centimètres du sol sur une cinquantaine de mètres. Mais cet avion aux ailes de chauve-souris, propulsé par un moteur à vapeur, a procédé au vol sans une preuve indiscutable comme la photographie. En plus, comme les Wright sont des mécanos autodidactes qui réparaient des bicyclettes, ils ne possédaient pas le discours savant, capable de fédérer la communauté scientifique autour d’eux. La conquête de l’air s’est poursuivie sans eux. Le Français Henri Farman a bouclé en 1908 le kilomètre en circuit fermé, Louis Blériot a franchi la Manche un an plus tard. La pompe des fêtes du centenaire du vol des frères Wright leur rend justice. Le premier homme qui a marché sur la lune, Louis Armstrong, et le président des Etats-Unis se sont rendus le 17 décembre 2003 à Kitty Hawk pour assister au vol de la réplique du biplan des frères Wright. Le vol du clone a toutefois échoué, empêchant l’histoire de se répéter deux fois.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *