La distribution des journaux en examen

La distribution est la derrière étape par laquelle passe tout journal avant d’arriver entre les mains du lecteur. Elle constitue un élément majeur de sa réussite et de son succès commercial.
Et au Maroc, les problèmes qui touchent le secteur de la distribution sont légions. Principalement dans les régions hors l’axe Casa- Rabat, où le circuit de distribution souffre d’une multitude d’obstacles.
Lors d’un débat organisé au siège de la wilaga de Fès, les professionnels de la région de Fès-Boulmane ont dressé un tableau pittoresque des difficultés du secteur. Les principaux participants à cette réunion ont été les représentants des sociétés de distribution « Sochepress » , « Sapress » et du « Matin du Sahara et Maroc soir » ainsi que le chef de la division économique et sociale de la wilaya de Fès. Le mot d’ordre été l’importance du secteur de distribution pour le développement médiatique de la région. Les représentants des sociétés de distribution ont donné par l’occasion un aperçu sur les différentes étapes de l’opération de distribution de la presse, depuis la réception des journaux au niveau de la région jusqu’à leur mise en vente dans les kiosques.
Avant de soulever les problèmes spécifiques à la région de Fès. Avec comme principale préoccupation : la facteur temps . Et pour cause. La durée de vie d’un journal est généralement limitée et les distributeurs engagent au quotidien une course contre la montre pour pouvoir acheminer dans les meilleurs délais les journaux vers les kiosques.
Outre le temps, d’autres problèmes bousculent la distribution et plus spécialement les phénomènes de la location et la commercialisation de photocopies de certaines rubriques (mots croisés ou fléchés). Ce phénomène porte en effet un grand préjudice aux sociétés de distribution puisque ces « lectures clandestines » constituent un manque à gagner aussi bien pour les sociétés de distribution que pour les entreprises de presse.
Du côté des vendeurs de journaux, les problèmes du métier se pose autrement. À cet égard, le président de l’association des vendeurs de journaux a assuré que la région ne connaît pas de problème de distribution des journaux. La livraison des « colis de presse » se fait très tôt, avant même l’ouverture des kiosques.
Le problème réside principalement dans la faiblesse de la marge bénéficiaire accordée aux vendeurs des journaux. Le phénomène de location de certains quotidiens dans des cafés accentue cet état de fait et finalement tous les professionnels du secteur se retrouvent lésés par cette pratique.
C’est dans ce sens que les vendeurs des journaux ont lancé un appel aux autorités concernées à tout mettre en oeuvre pour résoudre ces problèmes qui portent préjudice au secteur de la distribution et de commercialisation des journaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *