La menace de la guerre plane sur la cérémonie des Oscars

Alors qu’habituellement à cette époque de l’année Hollywood est obsédé par les favoris dans la course aux statuettes dorées, les responsables de la compétition et les stars sont hantés par le spectre d’une guerre avec Bagdad. "Je crois que les Oscars auront lieu comme prévu le 23 mars", a déclaré le grand ordonnateur de la cérémonie, le producteur Gil Cates, avertissant de "la possibilité que nous soyons en guerre" lorsque les stars défileront sur le tapis rouge. Soulignant que le théâtre Kodak de Hollywood, où doit se dérouler la remise des Oscars, représente "un environnement sûr" pour les quelque 3.500 participants, il a affirmé qu’il s’était préparé au pire. "Si nous sommes en guerre, la cérémonie des Oscars reflètera bien évidemment cette réalité", a-t-il affirmé, tout en se refusant à préciser quels étaient les plans d’urgence ou si une cérémonie réduite était prévue en cas de guerre. La fête la plus célèbre du cinéma demande une énorme organisation, impliquant chaque année des milliers de personnes: nominés, animateurs et invités, mais aussi techniciens, musiciens, traiteurs et personnel de restauration, fleuristes, maisons de couture, maquilleurs, personnel de sécurité et journalistes, venus du monde entier. Les Oscars, dont la première édition a eu lieu le 16 mai 1929, n’ont été reportés que trois fois dans leur histoire: en 1938, la cérémonie avait été retardée d’une semaine en raison de graves inondations à Los Angeles. Trente ans plus tard, l’assassinat de Martin Luther King le 4 avril 1968 et les manifestations qui avaient suivi dans tout le pays avaient conduit à repousser de deux jours la cérémonie, pour qu’elle ait lieu après les obsèques du héros noir. Et en 1981, le président américain Ronald Reagan avait été victime d’un attentat à Washington quelques heures avant le début prévu de la cérémonie. Les organisateurs avaient alors décidé de retarder d’un jour la fête du cinéma. Les organisateurs des Oscars craignent aussi que certaines stars n’essaient de profiter de la cérémonie pour condamner la guerre dans une ville où de nombreuses célébrités se sont déjà publiquement opposées à une intervention américaine contre l’Irak. Gil Cates a déclaré qu’il serait inacceptable pour les présentateurs de la cérémonie de sortir de la tradition et de transformer la cérémonie en tribune politique, mais il a admis qu’il ne pourrait pas empêcher les lauréats d’exprimer leur opinion lors de leurs remerciements.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *