La Mostra de Venise prime les inconnus

Quelle émotion à l’annonce du Palmarès de la Mostra de Venise ! Des noms jusque-là très peu connus ont été récompensés. A commencer par le Russe Andrey Zvyagintsev qui a obtenu la plus haute récompense du festival international du film de Venise. Ce jeune réalisateur, né en 1964 à Novossibirsk (Sibérie), a eu du mal à se persuader qu’il tenait vraiment le Lion d’Or entre ses mains. Et pour cause, « Le Retour » est son premier long-métrage. Ce réalisateur a dédié son trophée à la star du film, Vladimir Garin, un jeune homme de 15 ans, mort d’une noyade il y a quelques semaines. Le deuxième prix a récompensé la Libanaise Randa Chahal Sabbag pour son film « Le Cerf-volant ». « Je viens d’un petit pays qui n’existe presque pas sur la carte. Suis-je menaçante? Représentons-nous l’Axe du mal et Bush l’Axe du bien? », s’est-elle écriée d’une voix nouée par l’émotion. Autre réalisateur récompensé, le Kurde Hiner Saleem qui a reçu le Prix Saint-Marc du meilleur film dans la section Contre-Courant pour « Vodka lemon », tourné en Arménie. Ce réalisateur a dédié son prix aux Kurdes et au « Kurdistan, dont c’est l’année zéro ». « Le 9 avril 2003, j’ai appris la nouvelle que j’attendais depuis mon enfance, la chute de Saddam Hussein », a déclaré le cinéaste, né en 1964 au Kurdistan irakien. La tournure engagée de la cérémonie s’est confirmée avec l’actrice Katja Riemann qui a remporté La Coupe Volpi de la meilleure actrice pour son rôle dans «Rosenstrasse» de Margarethe von Trotta. Elle a dédié son film aux femmes allemandes qui se sont battues, il y a 60 ans contre les nazis. La Coupe Volpi du meilleur acteur est revenue à l’Américain Sean Penn pour son rôle dans le film «21 Grams» d’Alejandro Gonzales Inarritu. Considéré aux USA comme un acteur sulfureux en raison de ses positions hostiles à la guerre en Irak, Sean Penn prend sa revanche dans un festival qui récompense les cinéastes, indépendamment des positions susceptibles de porter préjudice à leur art. La cérémonie a été également marqué par un prix qui a fait bondir de joie les téléspectateurs marocains. La Marocaine Najat Dessalem a reçu le prix Marcello Mastroianni de la meilleure jeune actrice, pour son rôle dans le film français «Raja» de Jacques Doillon.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *