L’art aissaoui s’invite en Festival national à Meknès : Préserver la musique mystique des Aissawa

L’art aissaoui s’invite en Festival national à Meknès : Préserver la musique mystique des Aissawa

Afin de préserver la continuité de la musique mystique des Aissawa et pour mettre en évidence cet art ancestral, la ville ismaïlienne s’apprête à accueillir la 1ère édition du festival national des Aissawa qui aura lieu les 14, 15 et 16 octobre. Sous le thème «Le patrimoine culturel : pilier de la régionalisation élargie», cet événement est initié par le conseil régional de Meknès-Tafilalet. Pendant trois jours successifs, le public meknassi aura le privilège de voyager dans un monde de musique spirituelle et authentique inattendu. «Nous essayons de sensibiliser les gens à l’art aissaoui non seulement en tant qu’expression musicale, linguistique et corporelle, mais aussi de par sa diversité et ses sensations qui puisent leurs sources dans l’histoire et la civilisation marocaines», a souligné Said Chbaâtou, président du conseil de la région Meknès-Tafilalet. Venus de Meknès, Rabat, Salé et Fès, treize groupes d’Aissawa feront de cette première édition un voyage musical à travers les sonorités et les rituels des diverses «taïfas» du Maroc. Parmi ces troupes participant au festival, on cite la taïfa Al Aissawia Awlad Cheikh El Kamel, dirigée par El Moqadem Mohamed Ben Boumehdi, «Nojoum Al Kasbah », menée par El Moqadem Oumari Attaher et «Abnae Tarika Al Aissawia», par Abdellah Lamrabet. En effet, ces troupes seront relayées par les prestations des stars de la chanson populaire et de la nouvelle génération telles H-Kayne, Said Berrada, orchestre Asri et Majda El Yahyaoui. Cette cérémonie sera accueillie à la place Lahdim, la grande esplanade qui s’intercale entre la médina, la cité impériale et madinat Riads El Anbari. Cette première édition sera ponctuée par d’autres activités en parallèle. Le mausolée de Moulay Ismail accueillera une manifestation équestre pour assurer la continuité d’une tradition militaire authentique, d’où une vingtaine de troupes d’Aissawa sillonneront les grandes artères de la capitale ismaïlienne en traversant la chaussée tout au long de 3 km jusqu’a la grande scène installée à la place Lahdim équipée de matériel de haute qualité. Les artistes-peintres seront également au rendez-vous au cours de cette manifestation pour illustrer cet évènement à travers de magnifiques œuvres artistiques présentées à la galerie Bab El Mansour. Au programme aussi, des débats et des rencontres seront animés par des professeurs universitaires le samedi 15 octobre autour de l’histoire de la Tariqa Al Aissaouia et les dispositions à prendre pour la sauvegarde et la promotion de cet art traditionnel. «Ce festival est une occasion pour les jeunes Marocains qui pourront ainsi échanger des idées et apprendre encore plus sur ce patrimoine dans sa quête d’universalité», a indiqué M. Chbaâtou.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *