Les cordes pincées en fête à Rabat

Les cordes pincées en fête à Rabat

Les amateurs de guitare et d’instruments à cordes peuvent se réjouir : la 13ème édition du Festival des cordes pincées se tiendra, du 20 au 25 octobre à Rabat. Avec un plateau aussi riche que varié, allant du flamenco au luth arabe, en passant par le jazz, le blues et la musique classique, le public rbati et les visiteurs de la capitale seront servis. Ce rendez-vous musical propose aux mélomanes une série de concerts gratuits, tous les jours à 20h, animés à la salle Bahnini du ministère de la Culture par des virtuoses des cordes venant d’Allemagne, d’Espagne, de France, de Roumanie, de Suisse, de Wallonie-Bruxelles (Belgique) et du Maroc. «Outre l’animation culturelle, cette manifestation artistique a une porté pédagogique. Elle ambitionne de rapprocher les cultures à travers la musique en tant que langage universel. Ainsi, elle permet aux jeunes, à chaque édition, d’accéder à d’autres univers musicaux et d’acquérir par là un savoir-vivre», a indiqué à ALM Saïd Laghzaoui fondateur et président du festival, ajoutant que cette 13ème édition est placée sous le signe  de «La musique, langage de rapprochement».
Ainsi le bal sera ouvert lundi 20 octobre par Mirecea Stefan Gogoncea et Catalin Constantin. Agés respectivement de 17 et 21 ans, Mircea Stefan Gogoncea et Catalin Constantin Vlad ont étudié la guitare au Lycée de musique George Enescu à Bucarest et suivi des Master Class avec les grands maîtres de l’instrument. Gogoncea et Vlad se produisent régulièrement en Roumanie et dans d’autres pays. Encore jeunes, ils sont considérés comme deux des meilleurs guitaristes de leur génération. Les Français Laëtitia Caro-Gouvrvennec (guitare) et Hugo Le Henan (percussion) nous promettent mardi 21 octobre un spectacle insolite. Originaire de Bretagne, Laëtitia Caro-Gourvennec a étudié à Paris avec de grands maîtres. Professeur, elle se produit également en musique de chambre. Diplômé en percussion et en musique de chambre, Hugo Le Henan est parti au Sénégal pour étudié la danse, le folklore et la tradition orale.
Le trio suisse Dagoberto Linhares, Maya Le Roux Obradovic et Raymond Migy, trois musiciens académiciens émérites, proposent mercredi 22 octobre en véritable petit orchestre des extraits de musique symphonique à la guitare.
La soirée du jeudi 23 octobre, quant à elle, illustrera particulièrement le thème du festival avec la fusion du jazzman allemand Lionel Haas qui marie et enrichit les musiques qu’il explore entre jazz, gnawa et musiques arabes avec le compositeur marocain Azeddine Montasser, chef d’orchestre et luthiste virtuose. Le concert de Marc Lelangue, musicien des plus distingués de Belgique et grand spécialiste du blues de Saint-Louis, prévu le vendredi 24 octobre fera voyager le public dans le monde du blues.
Le samedi 25 octobre, en clôture, Oscar Herrero, entraînera par son jeu et sa musicalité impressionnant le public dans la magie de l’univers flamenco. Oscar Herrero est considéré comme un héritier de la grande tradition du «flamenco puro». Il fait partie des grands guitaristes de ce style musical andalous. Ainsi pour ceux qui ne veulent pas rater les spectacles des cordes pincées, il va falloir retirer les invitations au Goethe institut. Le Festival des cordes pincées est initié par l’association «Musique et cordes pincées» sous l’égide du ministère de la Culture et en collaboration avec les ambassades et les centres culturels d’Allemagne, d’Espagne, de France, de Roumanie, de Suisse et de Wallonie-Bruxelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *