Les « Guignols de l’info » triomphent avec des parodies d’hommes politiques

L’émission satirique « les guignols de l’info » fait chaque soir le plein à l’audimat avec sa parodie de journal télévisé et ses caricatures d’hommes politiques bouffons, sans scrupules et bornés, à moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle. La palme de l’hilarité revient au président Chirac (conservateur).
En plus de sa marionnette au nez immense et au ton paternel, baptisée « Supermenteur », apparaît régulièrement son Alter Ego, tel superman, vêtu d’un fuseau bleu et d’une cape rouge, se cachant derrière un masque rouge. Son passe-temps favori : faire avaler les histoires les plus mensongères.
Mais chacun en prend pour son grade lors de ce rendez-vous vedette de la chaîne câblée privée canal plus qui enregistre parfois jusqu’à trois millions de téléspectateurs. Ainsi, l’entourage de l’austère Premier ministre Lionel Jospin (socialiste) lui fait subir une séance d’exorcisme à coups d’histoires drôles pour le débarrasser de sa disposition naturelle à l’ennui. L’ancien ministre Jean-pierre Chevènement (républicain de gauche), qui s’est vraiment rétabli d’un coma en 1998, a les traits d’un vampire, devenu « le candidat des morts, des vivants et des morts-vivants ».
D’ailleurs, selon un sondage paru le 20 mars, une écrasante majorité de français (83%) affirment que l’image donnée par les marionnettes « n’aura aucun impact sur leur vote ». « Je le vis bien », affirme quant à lui M. Chirac, précisant toutefois que les horaires ne lui permettent pas de regarder cette émission satirique qui « fait partie de la liberté de quolibet ». Selon de nombreux commentateurs, « les guignols » auraient contribué il y a sept ans à l’élection de M. Chirac, brocardé alors comme un personnage sympathique. Il avait même repris à son compte le mot d’ordre de sa marionnette les guignols, « mangez des pommes », restée célèbre.

• Fabien Novial (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *