Les publics d’une même salle de théâtre

Les personnes qui ont l’habitude d’assister régulièrement à des spectacles dans une salle de théâtre savent que le public varie selon la programmation de la soirée. Le public du théâtre de divertissement entre en grand fracas dans la salle, déterminé à s’amuser avant le lever du rideau. C’est un public bigarré, présentant tous les âges : de deux mois jusqu’à 77 ans. Il chahute fort avant le commencement du spectacle, n’éteint pas les portables, fait de la conversation téléphonique pendant le déroulement du spectacle.
Il y a toujours quatre ou cinq personnes qui réagissent aux répliques des comédiens. Il y a toujours un bébé qui marque son ennui ou sa faim par des cris. C’est un public sans façon, qui est venu pour rire, et qui ne s’en prive pas. Une salle qui a subi l’assaut de ce public, en reçoit un autre, le jour d’un concert de musique classique. Le public des concerts de musique classique est bien comme il faut. Il sait se tenir avant le commencement du spectacle. Il chuchote à peine. Il multiplie, quand il dérange dans une rangée des personnes déjà assises, les «me permettez-vous ?», les «oh ! pardon je vous en prie» et les «c’est bien aimable à vous». Ce public écoute cette musique comme s’il entre en religion. Enfin, il y a le maintien qu’impose la grande musique. Plusieurs vrais ou faux mélomanes pensent qu’il faut être guindé pour assister à un concert de musique classique.
Le décontracté sied peu à cette musique. On n’assiste pas à un opéra en jean, c’est une hérésie. Le défaut de ce public, c’est qu’il ne sait pas quand il faut applaudir et quand il ne le faut pas. Il applaudit entre les mouvements, ce qui agace très fortement les musiciens…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *