Les sculptures d’Ousmane Sow ne font pas recette

Les sculptures d’Ousmane Sow ne font pas recette

Sculpteur populaire qui a toujours voulu rester indépendant, l’artiste sénégalais Ousmane Sow n’a pas fait recette mardi chez Christie’s où il mettait en vente dix de ses œuvres originales exposées en 1999 sur le Pont des Arts à Paris. Seules deux sculptures ont trouvé preneur, a indiqué à l’AFP la maison d’enchères. Désireux d’édifier un «musée des grands hommes» dans son pays, le sculpteur sénégalais Ousmane Sow, 74 ans, avait accepté de vendre aux enchères dix de ses œuvres originales exposées en 1999 sur le Pont des Arts. Guerriers Masaï du Kenya, lutteurs de l’ethnie Nouba du sud Soudan, Zoulous d’Afrique du Sud: ces grandes statues, au souffle épique, chantant les grands peuples africains, avaient été vues par plus de trois millions de visiteurs cette année-là. Le «Guerrier debout» (1989) de la série des Masaï, haut de 2,60 mètres, a été vendu 121.000 euros (avec frais), a indiqué Christie’s. Il était estimé entre 100.000 et 150.000 euros (hors frais). Le «Couple de lutteurs aux bâtons» de la série des Nouba, réalisé entre 1984 et 1987, a été adjugé 73.000 euros (avec frais). Il était estimé entre 70.000 et 90.000 euros (hors frais). Pour les autres œuvres, le prix de réserve n’a pas été atteint. Ainsi le «Lutteur debout» de la série des Nouba, qui a été présenté à la Documenta de Kassel en 1992, n’a pas trouvé preneur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *