Loubna El Bekri : «La beauté est un atout qui facilite l’intégration dans plusieurs domaines»

Loubna El Bekri : «La beauté est un atout qui facilite
l’intégration dans plusieurs domaines»



ALM : On vous a découverte lors du Festival des Cerises de Sefrou. Vous êtes la «Miss Cerisette» 2010, pouvez-vous vous présenter au grand public ?
Loubna El Bekri : Je suis une jeune fille âgée de 25 ans. Native de Marrakech, je suis licenciée en littérature anglaise. J’ai en plus un diplôme de technicien spécialisé en informatique de gestion. Pour le moment, je travaille en tant qu’assistante de direction. En même temps, je suis mannequin depuis trois ans. J’ai posé pour plusieurs magazines marocains et étrangers et j’ai défilé pour les plus grands stylistes. J’aime le cinéma, la musique, la lecture et les voyages.

Comment vous est venue l’idée de participer à ce festival ?
Ma participation est arrivée par hasard. J’ai vu l’annonce sur un magazine et j’ai décidé de tenter ma chance, encouragée par ma famille, mes proches et mes amis. Depuis, je me suis armée par la volonté et l’ambition pour atteindre cet objectif et réaliser le rêve de «Miss Cerisette». Je tiens à vous dire que ma dauphine à ce concours de beauté est une journaliste. Elle est de Casablanca, elle s’appelle Bouchra Daou et mérite aussi cette consécration. En plus, il y a Sarah Behhar qui est native de Rabat et qui ne manque pas de beauté. En effet, toutes ont été à la hauteur donc la concurrence était rude entre nous.

A-t-il été facile pour vous d’avoir  le consentement familial?
J’ai toujours eu le soutien de mes parents pour tout ce que j’entreprends, notamment pour ma carrière de mannequinat. Ils me font confiance et respectent mes choix et mes décisions. Pour «Miss Cerisette», j’ai eu leur appui total. Et en remportant ce titre, ils ont été fiers de moi.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées durant votre participation à cette compétition ?
Je n’ai rencontré aucune difficulté pendant ma participation. Je suis quelqu’un qui est habituée à la foule et aux caméras, donc j’avais une certaine aisance pour passer les épreuves qui consistaient à prendre la parole en public et répondre aux questions du jury en présence des caméras et des médias. Pour ce qui est de notre séjour avec les candidates, les autorités de la ville de Sefrou n’ont ménagé aucun effort pour assurer notre confort. Je saisis cette occasion pour les remercier ainsi que Mlle Wafa Khadira qui a veillé au bon déroulement de l’élection.

Après cette distinction, à quels genres d’horizons vous attendiez-vous ?
Pour le moment, je continue à développer ma carrière de mannequin, vu que c’est ma première passion. Sinon je souhaite par la suite intégrer d’autres domaines où je pourrais éventuellement m’épanouir notamment le monde de l’audiovisuel.
Avez-vous fait des concessions pour goûter au succès?
À part me priver de chocolat pour garder ma ligne, je n’ai vraiment pas fait de concessions.

Pensez-vous que la beauté peut vous ouvrir des portes dans d’autres secteurs?
Je pense que la beauté est relative, mais il ne faut pas nier que c’est un atout qui facilite, évidemment, l’intégration dans plusieurs domaines où ce critère est de mise. De nos jours, l’image est devenue importante et tout support médiatique valorise cette qualité, d’où le recours massif à la chirurgie esthétique par des célébrités ou des gens ordinaires.

Et côté cœur comment se porte Loubna?
Pour l’instant, je suis concentrée sur mon travail et ma famille est ma priorité.

Avez-vous d’autres talents cachés ?
J’adore cuisiner car cela me procure assez de plaisir. J’aime préparer de nombreux plats marocains, comme le couscous et aussi internationaux telles que la cuisine italienne et thaïe. J’ai d’autres loisirs comme le dessin, surtout des portraits en noir et blanc que je réalise pour mon plaisir personnel.

Avez-vous des projets ?
Je compte me consacrer aussi bien à mes projets personnels qu’à mon rôle de «Miss Cerisette» pour contribuer à la promotion de la ville de Sefrou à l’échelle nationale et internationale. Surtout que cette année, le Maroc ambitionne d’inscrire le Festival des Cerises de Sefrou comme patrimoine culturel immatériel de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Je suis aussi très ambitieuse dans la mesure où j’ai l’intention d’utiliser mon titre de «Miss Cerisette» pour sensibiliser les gens vis-à-vis de plusieurs fléaux sociaux, comme l’absentéisme scolaire, le travail des mineurs…, etc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *