Miss sexy préfère les jeans serrés

Miss sexy préfère les jeans serrés

Maârif, destination privilégiée de la gent féminine, mais pas n’importe laquelle. Dans ce quartier casablancais, ce sont les filles branchées mode qui s’y fixent rendez-vous pour jeter un coup d’œil sur les vitrines des magasins. Les franchises battent leur plein et cela ne peut être qu’une aubaine pour faire son choix ou plutôt se plier aux tendances. Puisque c’est le cas, alors on opte sexy à tout prix ! La pièce maîtresse, pour cette année, le jean slim ou cigarette. «Slim», comme, l’auront déjà deviné les Anglophones, signifie une taille mince. Ce jean a été donc conçu pour mettre en valeur le bas du corps : fesses, cuisses, mollets, chevilles… tout y passe. Même si cela dérange certaines comme Kaoutar, la jeune étudiante qui crie à la dictature de la taille «36», d’autres trouvent cela presque normal et même très jolie à porter. Pourquoi ? «Eh bien parce que c’est le nec plus ultra de porter un slim, des bottes à talons ou des bottes cavalières», explique tout simplement Afaf avec un grand sourire. Simple et à la mode, c’est ce qui répond la majorité. D’autres trouvent même à ce jean moulant des «principes thérapeutiques»: «Vous savez, je viens d’en acheter un et, croyez-moi, à chaque fois que je le mets, je me sens amincie… Il y a quand même une condition : il faut opter pour la couleur noire», confie Hanae. Elles ne sont pas toutes d’accord et certaines s’opposent même farouchement au slim. «C’est de la discrimination que d’envahir nos boutiques avec des jeans pareils. On ne fait qu’amplifier cette hantise de la minceur, de la taille mannequin. On veut qu’on soit anorexique pour mettre ça ?! », s’exclame Kaoutar. Plus objectifs, ceux qui suivent l’évolution de la mode jean trouvent que le slim n’est, en fait, qu’un retour de la tendance punk-rock. Mais sans rentrer dans les détails de l’histoire, restons au Maârif.
Les magasins ont chassé les jeans évasés pour proposer à leur place les jeans serrés ou fuselés, taille basse. Avec ce type de pantalon qui coûte en moyenne 400 DH, on vend mieux et plus. Explication ? «On ne met pas que le jean, il faut mettre ce qui va avec et cela va des ballerines, au débardeur en passant même par les sous-vêtements», déclare cette vendeuse.
A la tendance mode, répond une stratégie commerce alliant l’ensemble des composantes du « look slim ». Veste courte soulignant les hanches, ballerines ou tongues à strass, sandales argentées ou dorées, pantalon bermuda, débardeurs couleur léopard, bandelette autour de la tête… De quoi faire sensation, assurent les vendeurs voulant dissiper les doutes qui pourraient planer au-dessus des têtes de leurs clientes. Et si celles-ci sont prises au piège des tendances, allons-y pour les sous-vêtements qui vont avec : soutien gorge pour mettre en valeur la poitrine et le string qu’on verra puisque le jean arrive en bas de la taille.
De petites gâteries que les jeunes filles s’arrachent pour marquer sa présence et rester, comme elles le disent, «in» et non pas «out». La mode des «in» rétrécit les tailles, mais élargit les prix. Cela dépend de la marque, mais celles qui n’ont pas cette prétention se contentent de «fouiller» les petites boutiques des kisariate. Question de trouver des prix abordables et de pouvoir les négocier, car dans les boutiques, c’est souvent le prix fixe qui se cache derrière l’étiquette :245, 350, 450 DH. «Parfois, j’ai l’impression que ce sont juste des bouts de tissu qu’on nous vend à ces prix exorbitants sans que l’on sache le comment ni le pourquoi», déclare cette jeune femme. Elle n’arrête pas de scruter tee-shirt et jeans depuis une bonne demi-heure avant de laisser tomber : «Je voulais quelque chose de simple pour l’été. Mais c’est trop cher, à mon avis, et puis ces trucs sont pour les adolescentes». Celles-ci sont, effectivement, les premières cibles des boutiques qui ouvrent d’ailleurs dans des quartiers plus ou moins huppés.
Elles veulent être des «Jennifer Lopez» en dévoilant leur nombril et en portant ces jeans tendance. «J’avoue que parfois, il m’arrive de dépenser plus de 3000 DH en une seule fois. Mais, je ne peux pas m’en priver, parce que j’y ai pris goût et chaque année, c’est comme çà !», reconnaît Sofia.
Pour cette génération branchée ou droguée par la mode, il faut suivre, c’est la règle. Look fashion oblige, on passera, ensuite, une séance de maquillage et une demi-heure chez le coiffeur pour un brushing et un balayage par la même occasion. Belle de la tête au pied, il ne faut pas oublier le sac avec la petite peluche pendue.
Les jeunes filles, qu’elles soient minces ou rondes, choisissent d’assumer ce qu’elles portent et se défendent : «Plusieurs disent que ce n’est pas correcte de porter ces jeans et ces demi-ventres, mais, pour moi, suivre la mode n’a rien à voir avec les principes de la société. C’est un choix personnel et une liberté que j’exerce», souligne Sofia. Choisir ce que vous allez porter relève de la liberté, bien sûr, tant qu’on ne devient pas une ou un « fashion victim ».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *