Musée : Le Prado fait sa révolution spatiale

Musée : Le Prado fait sa révolution spatiale

Le plus prestigieux des musées espagnols, le Prado, s’apprête à faire sa révolution spatiale, avec l’ouverture d’une aile moderne et le réaménagement de son espace intérieur, à l’image de ce que le Louvre à Paris a réalisé, il y a environ 20 ans, avec la Pyramide. «Il s’agit de la plus importante extension que le Prado ait jamais réalisée. Elle représente 50% d’espace additionnel pour le musée», explique Gabriele Finaldi, directeur adjoint du Prado. La nouvelle aile du Prado ouvrira ses portes au public le mercredi 31 octobre après une inauguration officielle mardi en présence du roi d’Espagne Juan Carlos. L’entrée sera gratuite jusqu’au 4 novembre.
 Les ajouts concernent essentiellement l’arrière du long bâtiment situé sur le Paseo del Prado, conçu à la fin 18e siècle comme musée des sciences naturelles et utilisé au siècle suivant comme musée royal de peinture. Un bâtiment moderne a poussé à quelques dizaines de mètres en retrait de l’édifice néoclassique originel, tout contre l’église de los Jeronimos. Ce cube de briques, sobre et élégant, abrite un grand espace d’exposition supplémentaire que le Prado inaugurera avec une impressionnante exposition de peintures espagnoles du 19e que le musée n’avait jusqu’à présent pas la place de montrer. La particularité de l’édifice nouveau, dû à l’architecte espagnol Rafael Moneo, est d’enchasser, dans sa partie supérieure, les murs de granit du cloître du 17e qui jouxtait l’église de los Jeronimos. Le cloître, qui était dans un piètre état, a été démonté, pièce par pièce, puis rénové et remonté, à l’intérieur du bâtiment moderne, dans un espace spécialement aménagé sous une verrière, accueillant également des sculptures. L’espace nouveau renferme également un cabinet des dessins, des espaces pour la conservation et restauration des peintures, ainsi qu’un auditorium, une librairie et une cafétéria. A l’image du Louvre, le Prado a construit en sous-sol une partie de ces nouveaux espaces, ce qui permet de connecter la nouvelle aile au bâtiment historique sans heurter l’oeil. L’espace dégagée dans la partie ancienne, avec le déménagement de cafétéria, librairie, etc., permettra d’accrocher 400 peintures supplémentaires, s’ajoutant aux 1.000 cadres de la collection permanente dont les Velßzquez, Greco et Goya qui font la renommée du musée. Le musée qui accueille actuellement plus de 2 millions de visiteurs par an, (2,166 millions en 2006) espère, grâce à l’extension, dépasser le seuil des 3 millions d’entrées annuelles. Ce projet vieux de plus de dix ans a coûté un total de 152 millions d’euros et s’insère dans un ensemble plus ambitieux visant à faire du quartier du Prado, un véritable «campus» consacré à l’art.

Olivier Thibault (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *