Abdelali Anwar: «Jani sahbi yechki», c’est le titre de mon nouveau single

Abdelali Anwar: «Jani sahbi yechki», c’est le titre de mon nouveau single

Entretien avec Abdelali Anwar, chanteur

La chanson marocaine s’est inculquée dans mon esprit. Pour ma part, j’ai essayé de la préserver, rénover et transmettre à la génération d’aujourd’hui. Et je pense avoir bien réussi ce pari !

ALM : Comment s’annonce 2017, côté production musicale, pour vous?

Abdelali Anwar : je prépare un nouveau single réalisé par Hassan Dikouk et dont les paroles sont conçues par son père Mohamed Dikouk. Cette chanson, intitulée «Jani sahbi yechki», est pour l’heure en cours de mixage. Je viens également de tourner, à Francfort (Allemagne), le single «Ya nassini» en clip réalisé par Mohamed Mahboub. Celui-ci, dont les paroles et la composition sont conçues par Zakaria Bikcha sur un arrangement de Mourad Guezanay, faisait partie de mon dernier album. Aussi, je viens de préparer un single marocain sur un arrangement moderne avec Jalal El Hamdaoui. J’espère que le public l’appréciera parce que ce compositeur et arrangeur a finement recherché le style qui me conviendra et me mettra à l’aise.

Pourquoi tenez-vous énormément à la chanson marocaine classique-moderne ?

Mon attachement n’est pas fortuit étant donné que j’ai grandi dans un milieu artistique marocain par excellence. D’ailleurs, mon père est un luthiste et chanteur. A leur tour, tous mes frères sont héréditairement artistes. Quant à moi, j’écoutais, depuis l’enfance, les œuvres des vétérans de l’art marocain et arabe. C’est pourquoi la chanson marocaine s’est inculquée dans mon esprit. Pour ma part, j’ai essayé de la préserver, rénover et transmettre à la génération d’aujourd’hui. Et je pense avoir bien réussi ce pari !

Est-ce que vos prochains singles seront marocains avec des airs modernes ?

L’ensemble de mes chansons, qu’elles soient personnelles ou reprises, sont marocaines avec un arrangement moderne pour toucher les petits et les grands. Le tout sans en altérer la composition par respect pour leurs auteurs d’origine. 

Comment peut-on créer le buzz à travers les chansons marocaines ?

Le buzz est plutôt créé par des singles dont la composition est créative mais dont le contenu en termes de paroles est vidé de sa substance. L’on constate, d’ailleurs, que les singles qui ont créé le buzz n’ont des échos que pour quelques mois. Ce qui n’est pas le cas pour les chansons marocaines qui demeurent gravées dans les mémoires et perdurent dans le temps.   

Envisagez-vous de chanter en duo avec un ou une autre artiste ?

Pour l’heure, je n’ai pas cette idée. Mais si je me vois proposer une œuvre à la hauteur, pourquoi pas !

Et ne pensez-vous pas interpréter un single dans un dialecte (ou langue) différent (e) ?    

Même si je maîtrise quelques dialectes qui me permettent d’avoir de bons échos de la part des nationaux du pays où je performe, seul le dialecte marocain me met à l’aise. Donc je ne me vois pas interpréter des singles en d’autres dialectes.

Comment la chanson marocaine a-t-elle évolué à vos yeux ?

Je trouve qu’elle n’a évolué que de par l’interprétation en paroles assez accessibles et simples pour atteindre le monde arabe.

Est-ce possible de préserver sa renommée dans le rang de nouveaux noms qui émergent sur la scène ?

Je pense qu’un artiste peut avoir sa propre identité en respectant les autres sans les critiquer et les imiter ; cela n’empêche pas qu’il y ait une concurrence loyale entre les artistes. En tout cas, ce qui est nouveau impose sa nouveauté mais cela n’annule pas pour autant le classique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *