Mustapha El Haddaoui : «C’est à Derb Sultan où j’ai appris à être un homme de coeur»

Mustapha El Haddaoui : «C’est à Derb Sultan où j’ai appris à être un homme de coeur»


ALM : Que représente pour vous le quartier Derb Sultan?
Mustapha El Haddaoui : Pour moi c’est ma naissance, mon éducation et mon existence. C’est là où j’ai appris à être un homme de cœur, de partage et d’honneur.On vivait dans une harmonie. Avec nos voisins, on était comme une seule famille. Le respect régnait dans notre monde. Les grands nous grondaient  quand ils le faut comme s’ils s’étaient nos propres frères ou des membres de nos familles. On était libres dans un quartier où il y avait des terrains vagues pour jouer et s’amuser comme tout les gamins du monde sans risques et sans craintes.
 
Quel souvenir gardez-vous de ce quartier?
Mes souvenirs sont liés à ma jeunesse, à ma famille, ma scolarité et mes hobbies que j’ai commencés à exercer dans la maison des jeunes. Je jouais au football, je faisais de la peinture et du théâtre…. tout était accessible pour nous. Nos voisins de quartier m’ont beaucoup marqué. On avait des liens très familiaux et fraternels. Il y avait aussi une fraternité entre nous et une entraide qui faisait notre force et notre éducation.
 
Quelles sont les particularités des gens de ce quartier?
Ils étaient très solidaires dans les bons et les mauvais moments comme une seule famille.On pouvait passer la nuit chez un voisin comme si on était chez soi. Tout le monde est là pour que tout se passe bien.

Quels sont vos coins préférés dans ce quartier?
C’est au stade El Fida où j’ai commencé à jouer du football sur un grand terrain avec des joueurs qui ont fait une carrière de footballeurs et d’autres qui ont choisi d’évoluer vers d’autres créneaux. Il y a également la place Sraghna et aussi les cinémas où on allait voir des films en groupe. Il y avait plein de matches de quartiers que nous organisions à l’époque pour voir quel quartier aura la suprématie. Des fois, les matches se terminaient par des querelles ou des bagarres, mais après on se fraternise.
 
Rendez-vous visite encore à vos anciens amis et voisins de Derb Sultan?
Bien sûr ! Et c’est toujours avec un grand plaisir surtout quand il y a des rencontres de football, ou autour d’un café ou un repas. Il y a aussi le téléphone qui facilite la communication vu que l’emploi du temps est trop chargé pour nous tous.
 
Quels sont les autres sportifs que vous connaissez issus de ce quartier?
Il y a Dolmy, Muahid, Hamraoui, Souadi, Fethi, Naybet, les feu Beggar, Hirs et d’autres. La liste est longue. à Derb Sultan il y a la fierté, la bonté, l’humanisme, la résistance et la loyauté. Je suis fier d’appartenir à ce quartier mythique de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *