Nedali consacré au Prix Grand Atlas 2005

Nedali consacré au Prix Grand Atlas 2005

Le Prix Grand Atlas vient de fêter sa treizième édition. Ce prix a été consacré cette année à la catégorie fiction et jeunesse. Lors d’une cérémonie organisée vendredi dernier à la résidence de l’ambassadeur de France à Rabat, Mohamed Nedali était aux anges. Il a été récompensé dans la catégorie fiction pour son roman «Morceaux de choix, les amours d’un apprenti  boucher» publié en 2003 aux éditions Le Fennec. Ce roman a été retenu à l’unanimité par le jury de cette année. Un jury présidé par l’écrivain français Jean Marie Gustave le Clézio et composé entre autres de Zakia Daoud, Karima Frej et Hind Belabés Taarji. Ce jury a examiné dix ouvrages dans la catégorie fiction (roman, nouvelles et poésie) et six autres dans la catégorie jeunesse. Parmi les auteurs de fiction en lice, il y avait Belkacem Belouchi, Mahi Binebine, Henri Michel Bocarra, Mohamed Loakira et Abdelatif Laâbi pour ne citer que ceux-là.  Le Prix de la jeunesse a, quand à lui, mis en compétition notamment Véronique Abt, Nadia Benmoussa, Abdelatif Lâabi, et Fouad Laroui. C’est finalement les livres illustrés «l’orange bleue» de Abdelatif Lâabi et Philipe Amrouche, et «La meilleure façon d’attraper les choses» de Fouad Laroui et Pierre Léger qui ont obtenu le prix d’une somme de 30.000 DH. Après délibération, le jury a retenu à l’unanimité le roman de Mohamed Nedali : «Morceaux de choix : les amours d’un apprenti boucher ».
S’exprimant lors de la conférence de presse organisée à l’événement, le président du jury Jean Marie Gustave le Clézio a été clair. Il a déclaré que le roman de Mohamed Nedali, jeune écrivain natif de Tahanaoute, a été retenu pour «sa causticité, son humour et la fraîcheur de son ton». Pour ne pas faire preuve d’impartialité, les membres du jury ont signalé que tous les ouvrages étaient intéressants. Mais étant donné qu’un seul prix était accordé, il fallait faire un choix. Et le choix s’est porté vers l’ouvrage de Mohamed Nedali. Jean Marie Gustave le Clézio  a déclaré que le jury a été sensible aux portraits incisifs des personnages mis en scène et à la peinture d’une certaine mentalité masculine. Ce roman écrit dans une langue vive et inventive raconte l’histoire de Thami. Ce jeune homme de bonne famille, issu d’une prestigieuse lignée de notaires, brave l’ire paternelle et la représentation familiale. En fait, il décide d’embrasser la seule profession qui comble son cœur et ses sens : il devient apprenti boucher. Ce roman a séduit le jury , mais aussi des lycéens. En fait Mohamed Nedali a eu droit à deux prix : celui du jury et celui des lycéens. Deux lycées de Rabat Omar Khayam et Lalla Aicha ont participé à l’événement. Ils ont à leur tour examiné les ouvrages de fiction, et à la grande surprise de tous, ils ont sélectionné le roman de Mohamed Nedali. Ils ont eu le même coup de cœur et ont offert à l’auteur un tableau de l’artiste peintre Mohamed Tibari. Ainsi, Mohamed Nedali est sorti de ce Prix Grand Atlas doublement récompensé. Il a reçu une somme de 30.000 DH en plus du tableau de Tibari Kantour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *