Nini de Saint Phalle n’est plus

C’est l’une des figures importantes de l’art contemporain. Tout le monde connaît ses nanas bariolées. Ces espèces de poupées gonflables ornent plusieurs musées du monde. Elles mettent de la joie dans la ville avec leurs couleurs éclatantes et leur fleurs joyeuses.
Niki de Saint Phalle a fait une rencontre capitale dans sa vie, celle du prodigieux créateur de gadgets pour adultes : Jean Tinguely. Ils vont collaborer pour réaliser plusieurs oeuvres en commun : la Fontaine Stravinsky, au pied du Centre Pompidou entre autres.
A l’évidence, les Nanas ont accompagné l’épanouissement de Niki de Saint Phalle en tant que femme artiste. Niki de Saint Phalle artiste réglait les comptes que la femme avait à régler – on l’a su après – avec un père qui l’avait violée quand elle avait 12 ans. Cela, elle le racontait dans Mon secret, paru en 1994 (éd. de La Différence). Jusque-là, on ne mesurait sûrement pas à quel point l’aventure artistique de Niki de Saint Phalle était indissociable de sa vie privée.
A quel point la violence iconoclaste et blasphématoire des premières années était un jeu sérieux qui permettrait à l’artiste de se faire une virginité et de dire la joie de vivre par-dessus tout. Née Catherine Marie-Agnès Fal de Saint Phalle, en 1930, à Neuilly-sur-Seine (France), Niki de Saint Phalle a grandi à New York et s’y est mariée à 19 ans avec l’écrivain américain Harry Matthews, dont elle a eu deux enfants. Sa mort prive le monde des arts plastique de l’une des figures de proue et laisse orphelines ses « Nanas » bariolées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *