Orchestre Symphonique Royal : le Big Band s’attaque au jazz

Orchestre Symphonique Royal : le Big Band s’attaque au jazz

Ça jazze pour le Big Band de l’Orchestre Symphonique Royal durant ce novembre du 10 au 13. Entre Meknès, Rabat, Casablanca et Marrakech, l’Orchestre sous la direction de son chef Oleg Reshetkin fera la joie des amoureux des grands standards Jazz. Au menu : des auteurs et arrangeurs de la trompe de Quincy Jones, Miles Davis, Arry Barroso et Gordon Goodwin. Par ailleurs, la saison 2010-2011 de l’Orchestre Symphonique Royal s’annonce diversifiée et haute en couleur. Ainsi, l’OSR nous donne rendez-vous, les 6 et 7 janvier 2011, à Rabat, pour interpréter le ballet «Casse-noisette» de P.I. Tchaïkovski avec la troupe du Ballet-Théâtre de Moscou, considéré comme l’un des illustres ballets de Russie. En février 2011, l’Orchestre Symphonique Royal propose un programme du même compositeur avec le «Concerto pour violon et orchestre» en ré majeur, Op. 35 avec comme soliste invité un jeune violoniste récemment titulaire de Grands prix de concours internationaux très prestigieux. Et c’est sa sixième symphonie: la «Pathétique», l’ultime chef-d’œuvre du Maître russe, qui terminera cette sélection Tchaïkovski. Pour sa part, le programme du début avril 2011 comprendra les «Nuits dans les jardins d’Espagne» l’œuvre la plus impressionniste de Manuel de Fala, le Maître de Gadès ainsi que la Symphonie n°2: «Marocaine» de Nabil Benabdeljalil. Composés en 1915, «Les Nuits » décrivent trois jardins : «En el Generalife » (jardins de jasmins du palais de l’Alhambra), « Danza lejana » (jardin non-identifié prétexte à une danse exotique) et « En los jardines de la sierra de Córdoba » (danse gitane pour la fête de Corpus Christi). Pour sa part, «La Symphonie marocaine» est créée dans les pures traditions de la musique classique, en synthèse avec des éléments issus de la tradition populaire marocaine, indique L’orchestre. Par ailleurs, le choix de ces œuvres pour la saison 2010-2011 s’inscrit dans le cadre d’une «politique de diversification de styles et de genres de son répertoire», souligne Oleg Reshetkin, directeur artistique de l’OSR. Des choix qui «nécessitant une exécution artistique qui fait face à des difficultés techniques et musicales d’un grand niveau», explique-t-il dans un communiqué de l’OSR. Créé en 2007, l’Orchestre symphonique royal a pour but de faire progresser, dans un environnement professionnel, les musiciens marocains, d’enrichir le patrimoine artistique du pays dans le domaine de la musique symphonique en contribuant à une meilleure représentation de cet art sur la scène nationale.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *