Pédophilie, prévenir pour protéger

Pédophilie, prévenir pour protéger

ALM : Une rencontre-dédicace sera organisée le 11 mai à la bibliothèque d’Anfa à Casablanca pour présenter votre livre "l’Ange Bleu : pédophilie, prévenir pour protéger". Votre ouvrage répond-il à une attente particulière en matière d’information ?
Latifa Bennari : La première version de mon livre «La fin d’un silence : pédophilie, une approche différente» a eu des répercussions et retombées positives. Il a pu aider un grand nombre de victimes à prendre la parole et à entreprendre une démarche de reconstruction personnelle. Il a pu sensibiliser les tiers (proches, entourage, professionnels…) et rendre plus aisée et spontanée la démarche du signalement des sévices sexuels. Il faut savoir que la pédophilie est une attirance sexuelle ou plutôt une orientation. Il n’y a pas de culpabilité à avoir si on ne fait rien de mal. Les pédophiles abstinents sont malheureux car ils ne sont pas en contact avec des personnes qui les comprennent. Le passage à l’acte est un crime, il est puni par la loi, et l’association l’Ange Bleu est impitoyable face aux agresseurs sexuels. Notre but est de protéger les enfants et la prévention se situe avant le passage à l’acte et non après, donc il faut d’une manière ou d’une autre prévenir en aidant les pédophiles en les comprenant et leur apporter un soutien.
 Toutefois, c’est du côté des pédophiles et de la pédophilie que le travail des médias a été très défaillant jusqu’à présent. Par exemple, les médias ont largement contribué à ce sidérant paradoxe : pendant plusieurs années, et à ce jour c’est encore le cas dans l’esprit de la plupart des gens, Marc Dutroux a été présenté et perçu comme le pédophile type… Or cet homme n’est même pas pédophile. Les représentations des pédophiles qu’ont à la fois le grand public et les médias sont donc complètement faussées. Le livre a apporté un éclairage sur la définition de la pédophilie et a permis à de nombreuses personnes attirées sexuellement par les enfants ( hommes et femmes ) de sortir de l’ombre et de demander de l’aide ou de trouver les réponses à leurs questions. Une mise à jour du livre a donné naissance à "L’Ange Bleu : pédophilie, prévenir pour protéger".
 
D’après votre expérience, quels sont les moyens de prévention à mettre en œuvre pour protéger les enfants contre l’exploitation sexuelle ?
 Un des volets de l’Ange Bleu est l’amélioration de la prévention des abus sexuels. C’est en l’occurrence l’évitement du premier passage à l’acte. Il faut agir en amont et non en aval comme c’est le cas dans toutes les campagnes de préventions ou de discours politiques en France. Ceux dont on nous rabat les oreilles sont tous aussi virtuels qu’inadaptés. De quoi s’agit-il ? D’abord des campagnes d’information. Il n’est pas inutile de mettre les enfants en garde, c’est même fondamental, mais il ne faut pas surestimer l’efficacité des campagnes d’information à leur usage.
La vraie prévention doit viser les pédophiles abstinents afin de les aider à vivre d’une manière acceptable et gérable. Nous devons assister ceux qui demandent de l’aide si nous voulons vraiment protéger les enfants aussi efficacement que possible. Le dégoût vis-à-vis des personnes qui désirent sexuellement des enfants n’est ici pas de mise. Je préfère déployer tous les moyens possibles pour désamorcer une bombe que faire le constat des dégâts et déblayer les ruines.

Comment évaluez-vous la situation actuelle au Maroc concernant la pédophilie ?
La recrudescence de l’exploitation sexuelle à travers le tourisme sexuel pédophilique a attiré mon attention et suscité chez moi un besoin d’apporter mon aide aux structures concernées afin de réaliser un projet de réinsertion des enfants prostitués. En outre, quelques habitués du tourisme sexuel m’ont appelée anonymement pour m’avouer que mon livre leur a fait prendre conscience des conséquences que l’enfant peut vivre dans son avenir lorsqu’il est utilisé comme un objet sexuel. Cette remise en question est à mon sens la plus belle des contributions quand bien même elle ne représente que quelques gouttes dans l’océan.  Je vais proposer mon projet aux associations oeuvrant dans ce domaine espérant trouver auprès des pouvoirs publics marocains une aide concrète dans le cadre de la protection des enfants.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer ?
La répression est nécessaire, mais elle ne saurait être suffisante sans le bon sens et le dialogue. La réponse médicale (psychiatrie et médication) est ici insuffisante. La réponse thérapeutique également. Elles peuvent être utiles certes, voire indispensables. Mais on ne peut pas obliger les gens à se soigner, surtout lorsqu’ils estiment ne pas en avoir besoin (à tort ou à raison). En tout cas, ce n’est pas «d’être soigné» qu’ont d’abord et avant tout besoin les pédophiles qui me contactent, mais bien de trouver quelqu’un à qui se confier. Force est hélas de constater que le monde médical leur refuse souvent cette écoute. Ce livre est un relais de l’Ange Bleu pour réduire les souffrances liées de loin ou de près à la maltraitance sexuelle. Combien de passages à l’acte auraient pu être évités si les auteurs avaient trouvé une écoute adaptée. Combien de victimes auraient pu se reconstruire si elles avaient trouvé une aide appropriée. Vous médias, vous avez aussi un rôle dans le message que vous transmettez aujourd’hui. Grâce à vous, de nombreuses personnes en souffrance vont pouvoir trouver peut-être une solution à leur problème.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *