Plein feu sur les Jamours de mérite

Mais les Jamours qu’est- ce que c’est au juste ? Les Jamours, ce sont ces prix que l’on décerne aux meilleurs artistes, concepteurs, réalisateurs, présentateurs des programmes télévisés…. Bref, les professionnels de l’audiovisuel. Un secteur encore non récompensé mais qui le mérite largement. Or, depuis quelque temps déjà et de plus en plus dans le paysage marocain, l’événementiel se spécialise. Et voilà qu’après les nombreuses éditions de remise du trophée Hassan II, après les prix Maroc-Equestres, tous nouv- eaux aussi, le festival du cin-éma…Faouzi Chaâbi, homme d’affaires et Rachid El Ouali, comédien, nous proposent, eux, les Jamours. Avec une salle de théâtre quasiment pleine, jeudi, cette nuit de consécration, diffusée en direct sur TVM, a drainé un maximum de monde, environ 1300 personnes. Aujourd’hui, c’est chose faite ! L’audiovisuel a ses récompenses mais à quel prix et quel en est le résultat ? ça, c’est une autre histoire… En effet, cette soirée, une première au Maroc, a connu un léger flottement au niveau de l’organisation. Ces petits « couacs », pour reprendre le terme d’un des nombreux invités prestigieux de cette soirée, sont dus certainement au fait que les Jamours n’en s’ont qu’à leurs tous premiers balbutiements. En tout cas l’initiative etait excellente…La bonne vol-onté etait présente… Et les fam-eux petits «couacs» n’ont nullement entaché l’aspect sympathique et convivial de la nuit des Jamours. Strass et paillettes étaient au rendez-vous. De nombreux hommages ont été rendus à des vétérans du petit écran tels la grande comédienne Habiba Madkouri, mais aussi l’excellente journaliste Badiâa Riane , mais aussi Driss El Allame, ex-animateur télé. Des figures qui font partie aujourd’hui de notre patrimoine culturel, et qui à force d’acharnement sont arrivées à nous émouvoir…Faouzi Chaâbi souligne, en parlant de ces professionnels qui s’acharnent : « Il n’est pas aisé de maintenir le cap au milieu de cette tourmente de productions exogènes, soutenues par une logistique technologique et financière infernale. Ces hommes et ces femmes qui (…) mènent la bataille malgré les parcimonies budgétaires et de moyens, méritent reconnaissance et soutien inconditionnel ». Devant ces vétérans de l’audiovisuel, il y a la nouvelle vague des artistes marocains qui étaient là, soit pour remettre les trophées, soit pour les recevoir soit pour animer. La Une qui retransmettait en direct la soirée « La nuit des Jamours » a été devancé au niveau des prix par sa concurrente 2M. En effet, cette dernière a glané la majorité des trophées. Une initiative louable et qui fera date dans notre paysage audiovisuel. Un premier pas a été franchi. Et c’était le plus difficile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *