Première de «L’Honneur de la guerre» à Rabat

Première de «L’Honneur de la guerre» à Rabat

«L’Honneur de la guerre» est le titre de la pièce de théâtre qui sera présentée en avant-première marocaine samedi 15 mai 2010 à 20h00 au Théâtre National Mohammed V. Mise en scène et adaptée en français par Karim Troussi avec comme comédiens Latefa Ahrrare, Hicham Ibrahimi du «Théâtre des Amis» et le Français Henri Thomas de «la Compagnie du Jour», cette pièce est écrite par Abdelah Firdaous inspiré de l’œuvre de l’auteur italien Edouardo de Filippo. «Je joue le rôle d’un caïd d’une tribu qui fait de la fantasia. Aveuglé par le pouvoir, un tyran qui n’accepte pas les remarques des autres. Et qui veut sauvegarder à tout prix le prestige de son pouvoir,, son honneur», a expliqué à ALM, Hichm Ibrahimi. Et d’ajouter : «L’écriture dramaturgique de cette pièce ressemble beaucoup aux textes classiques de la tragédie grecque notamment avec des personnages forts et profonds». «L’Honneur de la guerre» met en scène le duel qui oppose Chama (Latifa Ahrrare) et le chef de la tribu. Alors que la tribu se prépare aux réjouissances de la fantasia, Chama entend venir les tambours de la guerre. Elle tente en vain d’en informer le chef des cavaliers mais celui-ci ne veut rien savoir. Elle s’essaiera à tous les stratagèmes pour se faire entendre, jusqu’à défier le chef lui-même. Et tandis qu’ils se battent pour des questions d’honneur, l’ennemi approche, implacablement. Selon Hicham Ibrahimi, énormément de messages se dégagent de cet pièce : «personne ne détient la vérité absolue . Un bon chef doit être à l’écoute de son entourage. C’est quoi l’honneur est-ce l’ego, le pouvoir, la victoire ?». Interprétée en grande partie en français avec quelques phrases en amazigh, «L’Honneur de la guerre» fait suite à la pièce «Douleurs sous clé» qui était entièrement en arabe dialectal et où le comédien Henri Thomas a dû apprendre son texte en darija. Il s’agit de la deuxième collaboration entre le «Théâtre des Amis» et «la Compagnie du Jour». Pour rappel, «L’Honneur de la guerre » a déjà été représentée en France. Et à la suite de sa première marocaine ce 15 mais au Théâtre Mohammed V, une tournée dans les Instituts français marocains est prévue. Par ailleurs, la pièce «Douleurs sous clé» a été représentée à plusieurs reprises (près de 14 fois) en France dans des salons appartements et deux fois au Maroc dans des théâtres. Karim Troussi metteur en scène et pédagogue, a quitté le Maroc à l’âge de 21 ans pour approfondir et compléter sa formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Très vite, il s’est intéressé aux aspects corporels de l’acteur et a suivi avec un grand engagement les applications dans ce domaine de la recherche et de la pédagogie d’Alexandre Del Pérugia (ex-directeur de l’École nationale supérieure des arts du cirque de Chalons). Toujours désireux d’approfondir ces méthodes, il les a enrichies, au fil des ans, de celles d’autres chercheurs appliqués dans des domaines voisins : l’oreille, le corps et la voix (avec Alfred Tomatis) ou la kinésiologie. Il a été membre associé au développement de l’association «Regards et mouvements» à Pontempeyrat durant 8 ans.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *