Qatrnada : «Je vais dévoiler plus tard mes talents cachés»

Qatrnada : «Je vais dévoiler plus tard mes talents cachés»


ALM : Pourquoi vous vous faites rare ces derniers temps ?
Qatrnada : Malheureusement, nos chaînes de télévision sont des entreprises fidèles à leurs clientèles. Comme si le Maroc n’a qu’une dizaine d’artistes ! Il est vrai que la télévision nous rapproche du public, mais le premier et le dernier mot reste à l’artiste et à son sens de créativité. En ce qui me concerne, la stigmatisation des chaînes de télévision ne m’empêche pas d’évoluer sur d’autres horizons. Je suis présente dans diverses manifestations artistiques. Entre-temps, je prépare un grand projet avec des Libanais. Les détails seront diffusés ultérieurement. Tous ce dont je peux dévoiler à propos de ce sujet c’est qu’il me favorisera une grande propagation sur la scène musicale arabe.

On vous a nommé «l’enfant-miracle de la chanson». D’où est née cette vocation ?
Comme il est connu, je suis issue d’une famille d’artistes. Ma mère Samira Fadel est une actrice et ex-chanteuse. De même, je suis fière d’être la nièce des frères Abdellatif, Khalid et Mounir Bennani qui ont contribué à la résurgence de la chanson populaire. Le parfum et la couleur du contexte où j’ai évolué m’ont favorisé largement le développement du sens musical. Pour l’anecdote, je pouvais reprendre les mélodies, de façon juste, à l’âge de neuf mois. C’est ainsi que ma famille s’est rendu compte de ce don divin.

L’appartenance à une famille d’artistes vous a-t-elle favorisé l’accès à la scène?
Pas forcément. L’encouragement de mon entourage m’a poussé à élargir mes connaissances et à développer une personnalité relativement équilibrée, et ce en se basant sur la formation académique. C’est ainsi que j’ai pu nourrir ma vocation.

En vous comparant à Ferdaous, Hanaa et Safaa… où vous situez-vous ?
Toutes ces chanteuses ne sont pas de ma génération. J’estime qu’il n’y a pas un titre de comparaison avec elles. La preuve, j’ai été honorer à trois reprises à un bas âge. Mon parcours artistique, mes participations et toutes ces récompenses ont contribué à consolider ma présence sur la scène nationale, en dépit de mon jeune âge. Ma joie est grande quand je participe à un concert et je laisse une bonne impression. Et qu’en parallèle, je reçois des offres attrayantes. Je suis chanceuse, car à 19 ans je suis sollicitée par les organisateurs de grands festivals, par d’importantes chaînes de télévision et diverses maisons de production étrangères.

à quand un album officiellement signé Qatrnada ?
Ce projet se réalisera bientôt. J’ai entamé la première phase de sa concrétisation en attendant l’enregistrement des chansons. Je fournis d’énormes efforts pour que cet album trouve une place dans les bacs, contrairement aux deux premiers qui n’ont pas connu une grande médiatisation.

êtes-vous tentée par «Super Star» ou «Star académie» ?
Absolument pas. J’ai dépassé le stade de ce genre de prestation. En toute honnêteté, je suis considérée comme une professionnelle sollicitée par de nombreuses maisons de production étrangères.

La reprise des anciennes chansons est-elle bénéfique pour le jeune artiste ?
Ces reprises sont bénéfiques dans la mesure où elles permettent aux jeunes artistes de se former, de se structurer et de choisir un style à suivre, en toute conformité avec leurs aptitudes vocales et musicales. J’ai toute la fierté du monde de chanter les chansons de nos leaders . Ces gens nous ont offert un art éternel.

Que pouvez-vous nous dire à propos des prix qui vous ont été remis ?
A l’âge de 10 ans, j’ai participé au festival international « Babel en Irak». J’ai surpris tout le monde par ma présence et mon assurance. Ma participation a été l’objet de plusieurs articles de journaux marocains et arabes. Cette participation fut également une ouverture sur d’autres participations que cela soit dans des festivals ou bien des émissions télévisées sur MBC, NBN, 2M et autres.

à quand un duo avec votre maman ou vos oncles ?
Nous pensons concrètement à ce projet.Cependant, il y a toujours quelque chose qui empêche la réalisation de ce duo. (Sourires).

Quels sont les artistes que vous aimez écouter ?
J’aime écouter les classiques, à savoir les chansons d’Oum Kaltoum, Abdelwahab et Abdelhalim. Quant à la nouvelle génération, nous ne pouvons pas survoler Melhem Zein, Saber Robai, Marwan Khoury , les compositeurs Walid Saed, Mohamed Rahim, etc. J’essaie toujours d’écouter différents répertoires afin de prendre tout ce qui peut valoriser mon interprétation.

Qu’en est-il des maisons de productions qui vous ont sollicitées?
J’ai eu plusieurs offres. Cependant, mes études freinent un éventuel engagement artistique. Prochainement, je ferai une escale au Liban pour me consacrer à la réalisation de l’album.

Pensez-vous faire de l’art une carrière professionnelle?
Franchement non, car j’aime les défis. Actuellement, je confronte trois fronts à savoir les études supérieures en économie et ingénierie managerielle, la formation académique au conservatoire de musique et les participations artistiques. Je vais maintenir ce choix jusqu’à la fin.

Outre le chant, quels sont vos autres penchants ?
J’aime beaucoup la poésie et les voyages. J’écris constamment des paroles de chansons que je garde pour moi. Je vais me focaliser en premier temps sur le chant et dévoiler plus tard mes talents cachés.

Comment occupez-vous votre temps libre ?
Je gère mon temps libre par la lecture et la recherche pour améliorer mes acquis.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *