Salma Bargach : «Dans mon film, la musique est un personnage à part entière»

Salma Bargach : «Dans mon film, la musique est un personnage à part entière»

ALM : Pouvez-vous nous expliquer le titre de ce film «La cinquième corde»?
Salma Bargach : Au 9ème siècle, le musicien andalous Zyriab a rajouté une cinquième corde à son luth. Ce qui a révolutionné la musique et a permis la création d’un nouveau style. Pour sa part, dans ce film, le jeune Malek, le personnage principal est un virtuose de musique qui a lui aussi révolutionné cet art en fusionnant le luth avec des instruments modernes. Dans le film, l’histoire de Zyriab y constitue la toile de fond. Le secret de «La cinquième corde» est ce qu’essaie de transmettre le tyrannique oncle et maître de Malek à ce dernier.

Que traite le film au juste ?
Je n’ai pas cherché à porter un message particulier dans mon film, mon principal souci était de raconter une histoire. L’histoire du film se déroule dans deux époques : en 1999, puis en 2010 à la fin du film. C’est un conte contemporain musical, une fiction où la musique fait figure de personnage à part entière. Le film traite, entre autres, du statut de l’artiste, du métier d’artiste, de la situation des jeunes en marge de la société et qui ont besoin de soutien. Ce film parle aussi de tolérance.

Comment est née l’idée de ce long-métrage?
J’adore la musique depuis que je suis jeune. C’est un art qui permet de réunir les peuples et les cultures. Et puis, j’ai aussi des origines andalouses, d’ailleurs une grande partie du film tourne autour de la musique andalouse. Je porte l’idée de ce film depuis mon deuxième court-métrage. Le concept a bien mûri depuis le premier jet et au fil de mes recherches approfondies et de ma documentation autour du sujet du film. C’est un travail qui a duré trois années.

Pouvez-vous nous parler des divers ateliers par lesquels est passé votre projet de film avant le tournage ?
Avant de mettre sur pied le projet du film et bénéficier de l’avance sur recette octroyé par le CCM, on est passé par toutes sortes d’expériences et d’ateliers. On a participé à un workshop au festival de Berlin pour comprendre le circuit de participation dans les festivals. Le projet du film a été sélectionné au pavillon du sud à Cannes où nous avons été accompagnés par des experts afin d’optimiser la mise en production. On a assisté à plusieurs séances pour la création du scénario dans le cadre de Meda film développement. C’était à chaque fois un travail en binôme entre moi et Rachida Saâdi, la productrice du film, sans parler des participations aux divers autres ateliers notamment au «Dubaï film connexion», ou encore au «Sundance festival» en Jordanie.

 
Un budget estimé à 10 MDH

«La cinquième corde» a bénéficié d’une avance sur recette du Centre cinématographique marocain (CCM), à hauteur de 4,35 MDH, ainsi qu’une aide de l’Agence de coopération culturelle et technique française et de Global film initiative (USA). Selon la productrice le budget global avoisine les 10 millions  DH. Le jeune Malek, héro du film, est incarné par Ali Esmili. L’acteur Hicham Rostom campe le rôle de l’oncle tyrannique Amir. Le rôle de la mère de Malek est interprété par Khouloud.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *