Tétouan fête cinq décennies du cinéma espagnol

Tétouan fête cinq décennies du cinéma espagnol

Le cinéma  espagnol séduit les habitants de Tétouan. Des artistes espagnols tels Javier Bardem, Penelope Cruz ou Anotonio Banderas sont parmi les acteurs les plus aimés des Tétouanais. A cet effet, les organisateurs du FICMT programment pour la 15ème édition du FICMT une sélection de films espagnols. «Le festival a rendu, au cours des précédentes éditions, un hommage au cinéma espagnol régional notamment andalous, basque et catalan. Il présente, cette année, une série de films anciens réalisés durant les cinq dernières décennies (50, 60, 70, 80 et 90)», explique le directeur  du 15ème FICMT, Ahmed El Housni, faisant remarquer que «cette sélection de films permet à l’ancienne génération de revoir des chefs-d’œuvre du cinéma espagnol. Cette 15ème édition offre aussi une opportunité pour les jeunes amoureux du 7ème art et de la langue de Cervantès de découvrir cette sélection de films».  
Par ailleurs, cette sélection de films programmés, lors de cette édition, présente des œuvres qui ont été à l’origine de l’essor de la production cinématographique ibérique. «Le cinéma ibérique se distingue par son militantisme. Il a appelé à la démocratie et au développement de la société espagnole», a noté M. El Housni.
L’édition précédente avait rendu hommage au cinéma tunisien à travers une large programmation de films cultes . Cette année, le festival prévoit la programmation d’anciens films espagnols qui ont marqué l’histoire du cinéma ibérique traitant de différents thèmes. Il s’agit du long métrage «Bienvenido Mr Marshall»(1952) de Luis Garcia Berlanga qui raconte l’histoire des habitants d’un petit village bouleversés par l’annonce de l’arrivée de la délégation américaine  du Plan Marshall.
Le cortège des Américains passe par leur village, mais ne s’y arrête pas. Le programme comporte aussi le célèbre film espagnol «Calle Mayor» (1956) de son réalisateur Juan Antonio Bardem qui décrit la vie des habitants d’un autre village dont la seule distraction est la promenade dans la grande rue. Le film espagnol «Le crime de Cuenca», programmé dans cette sélection et réalisé en 1982 par Pil Milo parle de l’histoire de Gregrio et Leo, condamnés à dix huit ans de prison pour le meurtre de leur ami. On découvre deux ans après qu’ils étaient victimes d’une erreur judiciaire et qu’ils avaient avoué sous la torture. Outre la projection de ces anciens longs-métrages, quatre autres films espagnols sont, cette année, en compétition. Il s’agit du long métrage «Un novio para Yasmina» (Un fiancé pour Yasmina) de Thanos Anastopoulus, deux courts métrages «No se preocupe» (Ne t’en fait pas) de Eva Ungria et «Un vida Mejor» (Une vie meilleure) de Luis Fernandez et un film documentaire  «Mimoune» de Gonzalo Ballester.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *