Un festival pour toute l’année

Un festival pour toute l’année

Le festival de Casablanca connaît de nouveaux changements. Après le départ de Meriem Bensalah à la tête de la présidence du forum Casablanca, organisatrice de l’événement et la succession d’Ahmed Ammor, l’événement se décline en trois manifestations. «Nous avons décidé cette fois-ci d’organiser le festival en trois étapes différentes de façon à ce que la ville de Casablanca soit animée toute l’année», souligne Ahmed Ammor lors d’une conférence tenue mardi 5 juin à Casablanca. Ainsi, au lieu d’avoir un festival qui regroupe plusieurs disciplines pour une durée d’une semaine, la nouvelle formule propose trois festivals en un. Il s’agit de «Casamusic» prévu du 19 au 22 juillet, «Casa ciné» du 20 au 27 juillet et enfin «Cas’arts» du 8 au 11 mai. En ce qui concerne la première manifestation, Casamusic, celle-ci englobe trente concerts qui vont se dérouler dans quatre scènes différentes. La soirée de clôture sera animée comme à l’accoutumée par des feux d’artifices. En plus des scènes habituelles d’El Hank, Sidi Bernoussi et place Rachidi, une quatrième scène «Wahda Ifrikya» sera installée sur un terrain de 7 hectares situé au quartier Ifrikya au croisement du boulevard Mohammed VI et de l’autoroute. Près de 200.000 spectateurs en moyenne y seront attendus chaque soir. «L’idée d’installer une quatrième scène existait depuis le départ, mais n’a pas pu se réaliser pour une question de logistique et de sécurisation, cette année nous avons pu établir un dispositif pour ajouter un espace de concerts», déclare Mohamed Sajid.
Un total de 25 groupes marocains et étrangers se produiront durant les 4 jours de la manifestation. Le plateau artistique est composé entre autres du groupe amazigh «Amarg fusion», de Abdelhadi Belkhayat, Mustapha Bourgogne, Saida Charaf, Darga, Fnaïre, Fes City Clan, Abdallah Daoudi, H Kayne, Tagada. Dans la catégorie artistes étrangers, on retrouve le chanteur émirati, Hussein Jasmi, le groupe de rap français, «IAM», le chanteur d’origine azérie Sami Yusuf, le trio arabe israélien « Da Arabian Mc’s » (DAM), le chanteur algérien Réda Taliani interprète de la célèbre chanson «Joséphine» ainsi que le groupe cubain Orishas. Tous les genres musicaux, rap, chaâbi, raï et fusion sont au programme. Le rock n’est cependant pas inclus. La raison, serait simple : les groupes de rock mondialement connus exigent des cachets très élevés. «Les groupes de Rock sont très chers, c’est pour des raisons financières que nous n’avons pas pu faire appel à certains noms connus», précise le directeur artistique Reda Allali. Pour la manifestation «Casa ciné», celle-ci est conçue comme une grande fête internationale de cinéma. Elle aura lieu dans plusieurs salles de la ville  ainsi que sur deux sites en plein air. Pour inaugurer cette activité, une rétrospective sera consacrée au polar avec des films réalisés des années 40 jusqu’à nos jours. Selon Ahmed Ammor, la restauration de certaines salles de cinéma est également prévu pour pouvoir abriter les projections. Le budget global de la troisième édition du festival de Casablanca  serait le même que celui des éditions précédentes. A savoir 25 à 28 millions DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *