Une convention sous le signe de la poèsie

Une convention de partenariat entre «La Maison de la poésie au Maroc» et le quotidien «Aujourd’hui Le Maroc» a été signée à l’occasion de la journée mondiale de la poésie. Les termes de cette convention vont dans le sens du soutien à l’édition et à l’information en matière de poésie. Concrètement, un Prix du Premier recueil sera remis chaque année à un jeune poète à l’occasion de la journée mondiale de la poésie. La valeur de ce prix s’élève à 10 000 DH. Le prix 2002 est revenu cette année au poète Jamal El Mossaoui pour son recueil intitulé «Le livre de l’ombre». Cette convention stipule aussi un suivi et une médiatisation des manifestations relatives à la poésie, ainsi qu’un renforcement, sous diverses formes, des activités de la Maison de la poésie, notamment à l’occasion de la Journée mondiale de la poésie et du festival mondial de la poésie de Casablanca.
On ne le dira jamais assez, mais la poésie est nécessaire à la vie quotidienne. Une vie sans poésie est triste, sans imagination. La poésie est soeur de l’humain, du droit à la différence et des valeurs nobles dans la vie. En plus, plusieurs poètes commencent par publier leurs poésies dans des journaux. Le journal a été depuis toujours un organe de diffusion pour les poètes. Sans les journaux, il eut été très difficile à plusieurs poètes de trouver un éditeur. La poésie souffre au demeurant d’une certaine confidentialité.
La presse lui garantit une plus grande diffusion, augmente ses lecteurs. Qu’un journal qui accorde de l’intérêt à la poésie, décide d’appuyer l’action d’un groupe de poètes qui a transformé le paysage poétique dans notre pays, voilà ce dont il faut se féliciter. L’action de « Aujourd’hui Le Maroc » honore dans ce sens tous les journalistes qui y travaillent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *