Grèce : Protestation contre le nouveau plan de rigueur

Grèce : Protestation contre le nouveau plan de rigueur

Des dizaines de milliers de Grecs sont descendus dans les rues hier, mercredi 15 juin, pour protester contre un nouveau plan de rigueur destiné à décrocher une rallonge au prêt accordé en 2010 à la Grèce, mais le Premier ministre a réaffirmé sa détermination à poursuivre la cure d’austérité. Brandissant trompettes, casseroles et sifflets, la foule s’est massée dès le matin devant le Parlement, sur la place centrale de Syntagma à Athènes, entourée d’un impressionnant dispositif policier, en marge d’une grève générale à l’appel des syndicats qui a ralenti le fonctionnement des administrations, transports et commerces. La police décomptait à la mi-journée plus de 20.000 personnes, les médias et observateurs avançaient au moins le double, même si la foule en début d’après-midi restait inférieure à celles des grandes manifestations syndicales du printemps dernier. Le traditionnel cortège syndical a été éclipsé par l’afflux de citoyens de tout bord, répondant à l’appel des «Indignés» grecs, mouvement de protestation populaire lancé le 25 mai en plein cœur d’Athènes sur le modèle espagnol. En dépit de l’appel des animateurs de ce rassemblement à en maintenir le caractère pacifique, des escarmouches ont opposé sur la place des petits groupes à la police, qui a riposté avec des gaz lacrymogènes, avant que la foule ne se reforme à nouveau. Sur la place, des manifestants issus des Indignés sont intervenus pour empêcher des jeunes cagoulés de lancer pierres et divers projectiles vers la police. Près du siège du gouvernement et du palais présidentiel, un groupe de manifestants est parvenu à rompre le cordon policier protégeant les bâtiments, mais la police les a repoussés avec des gaz lacrymogènes. Vers 12h00 GMT, le ministère de la Santé décomptait trois personnes blessées, tandis que les services d’ambulance en annonçaient sept. Les protestataires avaient toutefois échoué en début d’après-midi à former la chaîne humaine avec laquelle ils voulaient encercler symboliquement le Parlement, la police ayant maintenu ouverts les accès au bâtiment, où le plan budgétaire doit commencer à être débattu en vue d’un vote fin juin. Le gouvernement socialiste va «assumer ses responsabilités, continuer d’avancer et prendre les mesures nécessaires pour sortir le pays de la crise», a affirmé de son côté le Premier ministre Georges Papandreou en milieu de journée, lors d’une rencontre avec le chef de l’Etat. Il a souligné poursuivre la recherche d’un consensus avec l’opposition, réclamé par les bailleurs de fonds du pays, qui peinent de leur côté à s’entendre sur la façon de sauver la Grèce, menacée de défaut de paiement selon les agences de notation financière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *