Al Omrane : Holding d’avenir

Al Omrane : Holding d’avenir

L’annonce a été faite le 6 octobre 2003 par le Premier ministre, Driss Jettou. Le 15 décembre 2003, le changement de nomination de l’Agence nationale de lutte contre l’Habitat insalubre (ANHI), devenue le holding d’aménagement al-Omrane, a signé le certificat de naissance de cette structure qui regroupe également la Société nationale d’Equipement et de Construction (SNEC) et la société Attacharouk.
Cette nouvelle institution est ainsi née de la fusion de ces trois opérateurs publics sous tutelle du ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Habitat et l’Urbanisme, dans le cadre du projet de refonte des Organismes Publics d’Habitat (OPH), inscrit au programme du gouvernement. Et c’est là le défi que ce holding a dû relever dès sa création. Il fallait à tout prix assainir la situation financière de ces établissements dont la gestion laissait beaucoup à désirer. La dette de ces établissements envers le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) s’élevait à 800 millions de dirhams. Dette qui a été épurée vers la fin de l’année 2004 en deux versements. Le premier était de l’ordre de 300 millions de dirhams et il a été payé en juillet 2004 alors que le second, d’un montant de 500 millions de dirhams, a été perçu par le CIH fin décembre dernier.
L’intégration des ERAC au holding n’est donc qu’une question d’agenda. Outil privilégié des pouvoirs publics, le holding a pour principales missions de réaliser des pôles urbains et des zones d’urbanisation nouvelles, des projets de résorption et de requalification des tissus urbains, ainsi que la mise en oeuvre des accords de partenariat avec les collectivités locales et le secteur privé à l’échelle nationale et internationale. A cet effet, la société est appelée à réaliser les études nécessaires à l’accomplissement de son objet, acquérir les terrains nécessaires à l’accomplissement de son activité, réaliser les travaux d’aménagement et de lotissement d’habitat, les travaux de construction de bâtiments ainsi que les travaux de restauration ou de rénovation entrant dans le cadre de son objet.
Parmi les prérogatives d’al-Omrane, la réalisation de pôles urbains et de zones d’urbanisation nouvelles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *