BTP, un potentiel en acier

BTP, un potentiel en acier

Une récente enquête menée, par le Haut Commissariat au Plan, sur le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP) révèle que le BTR ont connu une hausse durant le premier trimestre de cette année. Ces résultats sont en fait élaborés suite à une comparaison avec les quatre trimestres de l’année dernière.
Cette hausse a été attribuée essentiellement aux activités des travaux publics, notamment à celles relatives à la "construction des gros oeuvres de bâtiments",  aux "travaux spécialisés de génie civil " ainsi qu’à la "réalisation de réseaux (eau,  eau usée, gaz)". Dans le même cadre des enquêtes de conjoncture, réalisées trimestriellement par le Haut Commissariat au Plan, des études ont été également menées sur les entreprises relevant des  secteurs de l’industrie manufacturière, de l’énergie, des mines et du secteur BTP. C’est ainsi que les résultats de ces enquêtes précisent que le secteur énergétique a connu une hausse de 15 % due  exclusivement à la progression de la production du pétrole raffiné (+24%). Pour sa part, le secteur minier a vu sa production augmenter de 7 %.
Cette augmentation est due à la hausse conjuguée de la production des "minéraux non métalliques" (+7%) et de celle des " minerais métalliques " (+7%). S’agissant du secteur manufacturier, la production a subi une baisse de 2%. Les raisons de cette baisse sont relatives à la chute qu’a connue le domaine de la "pneumatique et chambres à air " (-50%), celui des "articles  métalliques dérivés du fil machine, ressort et visserie" (-37%) et le secteur de la "fabrication d’articles d’emballage en bois "(-33%). Par ailleurs, les résultats de l’enquête ont montré que la marge de la capacité productive non utilisée des entreprises, au cours du 1er trimestre, est estimée à 8 % pour les mines, 16 % pour l’énergie, 26% pour le secteur industriel et 36% pour le secteur bâtiment et travaux publics.
Ainsi, la marge de la capacité de production non utilisée la plus élevée est affichée par la branche "matériel de bureau, de mesure et de contrôle  optique et horlogerie"  (55%),  alors que celle la plus faible est  enregistrée par la branche "produits issus  de  la  transformation des   minéraux de carrières" (16%).
Concernant le volet de la main-d’œuvre employée, l’enquête a montré que les effectifs employés par le secteur des mines n’ont subi aucun changement au 1er trimestre 2005 par rapport au trimestre précédent. La main-d’œuvre employée dans les secteurs de l’énergie et de l’industrie de transformation a connu, quant à elle, une baisse durant la même période. Par contre, le secteur du BTP a enregistré une hausse de la main-d’œuvre employée durant le premier trimestre de l’année 2005.
Les pronostics avancés pour le deuxième trimestre 2005 s’attendent à une hausse d’environ 14 % de la production minière. Et ce en raison d’une hausse prévue de la production des minerais non métalliques estimée à plus de 16 %. Sur la même tendance haussière, la production énergétique poursuivrait son rythme avec une augmentation de 12 %, expliquée principalement par une progression de la production du pétrole raffiné (+17%). Pour ce qui est du secteur de l’industrie manufacturière, les anticipations prévoient une légère hausse de 3%. Quant au secteur BTP, la tendance à la hausse de son activité sera soutenue, selon les prévisions, durant le deuxième trimestre 2005. Cette augmentation sera due aux activités de "construction des gros œuvres de bâtiments", d’"installation d’équipements thermiques et climatisation" et des "travaux spécialisés de génie civil".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *