Le malaise des céramistes

Les céramistes sont en colère. En témoigne le dernier communiqué rendu public par l’Association professionnelle des industries de la céramique (APIC) à la fin de la semaine dernière et dans lequel les professionnels du secteur dénoncent «une concurrence déloyale et massive provoquée par des importations en constante progression». «L’industrie de la céramique compte parmi les secteurs économiques nationaux qui verront leurs activités baisser après l’entrée en vigueur de nombreux accords de libre-échange (l’Union européenne, GAT et l’Accord d’Agadir). Elle se trouve ainsi victime d’une concurrence déloyale de la part d’entreprises venues d’ailleurs et qui bénéficient d’un coût d’énergie très faible et de matières premières à leur portée», estime pour sa part, Faouzi Hjiaj, secrétaire général de l’APIC.
Le pays le plus montré du doigt est la Chine, puisque les importations de ce pays progressent d’une manière vertigineuse. Entre 2002 et 2003, cette progression a été de l’ordre de 1900 % soit 19 fois de plus. Entre 2003 et août 2004, les importations marocaines de Chine ont continué leur progression, cette fois-ci de l’ordre de 250%. « Quant à la moyenne des prix déclarés, ajoute le communiqué des céramistes, elle est de 7,62 DH/m2 pour un poids de 3,36 kg/m2. Or, il n’existe pas à travers le monde un m2 de carreaux de ce poids. Il n’aurait aucune résistance mécanique, serait friable et casserait sur une simple pression des doigts ». Il est à signaler qu’un m2 est constitué de 10 carreaux pour le sol et de 20 à 25 carreaux pour les murs. La moyenne du poids est de 13kg/m2.
Face à la gravité de la situation, les industriels de la céramique ne sont pas restés les mains croisées. Plusieurs réunions ont été tenues avec le Premier ministre et plusieurs responsables du gouvernement pour les sensibiliser quant à la gravité de la situation. « Ce que nous demandons au gouvernement est de prendre les mesures nécessaires, d’une part pour diminuer le déferlement des produits étrangers sur le marché national en renforçant les contrôles au niveau de la douane, et d’autre part, en adoptant des solutions urgentes pour réduire le coût de l’énergie qui est très handicapant pour notre compétitivité », explique M. Hjiaj. Pour les professionnels, de nombreuses mesures, essentiellement d’ordre réglementaire, doivent être prises. La première se rapporte à l’instauration d’un prix d’alerte « qu’il faudrait obligatoirement lier au poids pour éviter un déplacement de la sous-facturation vers la sous-déclaration quantitative», précise le communiqué de l’APIC. Pour venir à bout des fraudes concernant le poids des carreaux importés, l’association préconise le pesage systématique des containers de produits céramiques. Et pour faciliter toutes ces procédures, les professionnels suggèrent la centralisation des importations sur un seul port national, celui de Casablanca par exemple. Enfin, les professionnels du secteur préconisent la mise en place de normes marocaines d’effet obligatoire pour les produits céramiques pour assurer la sécurité et l’hygiène des consommateurs. Un contrôle permanent des différents produits commercialisés sur le marché marocain par un laboratoire national doit également être envisageable.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *