Dissonances, jusqu à quand?

Dissonances, jusqu à quand?

Les quatre alliés formant notre gouvernement ont toujours du mal à faire preuve d’homogénéité et de solidarité. Face à une opinion publique dépassée, voire complètement larguée, les dirigeants de la majorité en rajoutent à chaque fois plus de contradiction et de paradoxe. C’est la seule explication que l’on peut donner aux sorties médiatiques des uns et des autres au sein de la majorité. Vendredi dernier à Kénitra, El Khalfi et Azami, deux ministres appartenant au PJD, première force politique au sein du gouvernement, n’ont pas tari d’éloges sur l’action gouvernementale, utilisant les superlatifs possibles et imaginables. Le lendemain et cette fois à Rabat, c’était au tour du secrétaire général de l’Istiqlal, deuxième force politique de la majorité, de fustiger l’action gouvernementale, en critiquant le bilan du gouvernement, y compris les secteurs gérés par des ministres de son parti. Après plus d’une année de sa formation, le gouvernement peine à mettre un terme à ses dissonances. Et si les responsables mettaient de côté leur prise de bec et se concentraient enfin sur leur boulot ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *