Éditorial

Éditorial

La rapidité avec laquelle le gouvernement a tenu à traiter le projet de loi relatif à la nomination des patrons d’établissements, offices et entreprises publics laisse déduire que des changements sont imminents. Certes, personne ne nie pas que certains établissements ont un besoin urgent de sang neuf et de nouvelles têtes. Mais le gouvernement ne doit pas en faire une affaire des agréments bis. Le changement ne doit pas être pour le gouvernement une manière de prouver sa détermination ou de démontrer qu’il respecte ses engagements électoraux. La nomination de nouveaux patrons à la tête d’entreprises publiques est une occasion historique pour mettre en place, une bonne fois pour toutes, les nouvelles règles du jeu. Comme dans le secteur privé, le directeur général d’un office ou d’une entreprise publique doit avoir une feuille de route, des obligations de résultats, des objectifs à atteindre. La reddition des comptes doit être effective et réelle et non pas relever du simple formalisme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *