Petit bonjour

Pourquoi le PJD veut-il transformer sa significative avancée électorale — il est  N°2 au niveau national avec 46 sièges  — en un échec lamentable ? Les responsables du PJD ont-ils succombé à une auto-intoxication — entretenue par des sondages approximatifs, une presse complaisante et des chancelleries sournoises — qui les présentait, contre toute vraisemblance, comme les gagnants du scrutin ?  Probablement. Mais le plus dramatique n’est pas là. Le drame du PJD, selon un observateur aguerri, c’est qu’il n’est ni assez islamiste ni assez démocrate : sur la foi de ce positionnement bancal, il a fait son maximum. Mais ce qui choque — ceux qui ignorent la vraie nature de l’islamisme — c’est le revirement du discours, le changement radical du comportement et la dureté du ton. Remettre en question un processus politique patiemment, et démocratiquement, construit; détruire une image — la leur — habilement lissée; faire douter de la crédibilité et de la transparence, reconnues par tous, d’un scrutin parce que, tout simplement, les résultas des élections ne correspondent pas à leurs aspirations, c’est faire montre d’une absence de fiabilité politique très inquiétante pour l’avenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *