Petit bonjour

La question que pose Mohamed Ahmed Bahi au Premier ministre marocain, Abbas El Fassi, est une question de fond qui ne peut pas être éludée. Le débat politique, en démocratie, exige qu’elle soit discutée. De quoi s’agit—il ? Mohamed Ahmed Bahi, membre du Corcas, estime — dans une interview à ALM — que les prises de position régulières du parti Annahj Addimocrati, dirigé par Abdellah Harrif, en faveur d’un référendum d’autodétermination au Sahara — donc en faveur du Polisario —, sont en contradiction avec le principe de l’intégrité territoriale du Royaume et de la souveraineté nationale sur ce territoire. Il avance que ces positions mettent ce parti en porte-à-faux par rapport à la loi sur les partis politiques et demande, en conséquence, au Premier ministre de dissoudre cette formation. Bien évidemment, Abdellah Harrif n’est pas d’accord sur cette analyse. Il considère, dans une réplique publiée par le quotidien Al Jarida Al Oula, que sa position est le produit, justement, d’une position de principe. Et il menace, bizarrement, en mettant en perspective son parcours de militant gauchiste, de recourir à des actions «extrémistes» pour faire valoir ses idées. Mais au-delà de ces péripéties, la question qui reste posée est de savoir si, dans notre pays, le «séparatisme» est une position politique comme une autre, une opinion. Sur cette même question : Est-ce que le séparatisme peut être géré par la démocratie marocaine au stade actuel de son évolution ? Et finalement, est-ce que l’évolution du dossier du Sahara, alors que l’idée de l’autonomie s’impose désormais à tous nos partenaires internationaux, nous permet en interne de donner des « biscuits » à nos adversaires ? Notamment Mohamed Abdelaziz et ses amis algériens. Il est quand même assez étrange que le patriotisme particulier de Abdellah Harrif, et les principes qui vont avec, aboutissent, en théorie, à la perte par notre pays du tiers de son territoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *