Neuf places pour les bacheliers marocains à l’Université Abdullah Gul

Neuf places pour les bacheliers marocains à l’Université Abdullah Gul

Le quota est mince mais l’opportunité est intéressante pour les étudiants marocains  qui seront acceptés à l’Université Abdullah Gül. Construite dans la ville natale du 11ème président turc, Kayseri, la destination demeure méconnue des étudiants étrangers.

Placée dans le top 200 des universités au monde, l’Université Abdullah Gül admet des équivalences avec toutes les universités européennes. «Il s’agit d’une des meilleures universités turques», assure Emeric Abrignani, directeur des relations internationales de l’Université, lors du Salon des étudiants, organisé le mois dernier à Casablanca.  La stratégie pédagogique a misé, en effet, sur un encadrement soutenu évalué à 1 professeur pour six étudiants. 20% des enseignants sont étrangers ou diplômés d’universités prestigieuses américaines, anglaises ou japonaises.

L’établissement public, classé université de troisième génération, est soutenu par une fondation privée qui a permis de le hisser aux standards internationaux. La stratégie pédagogique mise en œuvre a permis de le placer dans le Top 10 sur les 114 universités turques de l’Etat. L’Université Adullah Gül intègre dans son contenu pédagogique la recherche et un cursus interdisciplinaire, des formations pratiques, une étroite collaboration avec les entreprises, un cursus 100% en anglais. L’université est également orientée vers l’entrepreneuriat social.

Concrètement, l’université offre 7 programmes universitaires et une école d’anglais. La faculté d’ingénierie offrant des spécialisations en génie civil, génie électrique et électronique, génie industriel, génie mécanique et génie informatique. L’université dispose également d’une faculté dédiée à l’enseignement de l’architecture. La troisième ouvre la porte aux étudiants qui ont choisi la voie du management et du leadership. Des formations doctorantes et des masters sont également dispensés, notamment à travers la faculté de la Vie et des sciences naturelles (bio ingénierie/biologie moléculaire). L’université compte, par ailleurs, deux campus offrant un environnement propice pour les études.

S’agissant d’une université publique, les frais de scolarité comprenant ceux relatifs au logement ne dépassent pas les 30.000 DH par an. Et contrairement aux écoles de commerce en France qui sont payantes, l’université dispense les cours dans le cadre de sa faculté business school à 7.500 DH. Les étudiants devront ainsi débourser y compris les frais de logement près environ de 25.000 DH/an. Ces frais annuels incluant une prime d’assurance de 12.000 DH. Un ordinateur est offert dans le package pour signer l’appartenance de l’université à la catégorie 3ème génération.

Les inscriptions sont désormais ouvertes sur le site de l’université. Les critères d’admission ont été clairement énoncés lors du Salon des étudiants. Les candidats qui pourront s’inscrire pour une sélection devront avoir obtenu 13/20 de moyenne au baccalauréat, 14/20 en maths et 75 points au TOEFL.

Le quota des étrangers fixé à 20%, 8 à 9 Marocains seront admis l’an prochain.  Les filtres sont certes nombreux, mais les candidats qui tenteront leurs chances pourront embrasser une trajectoire encore très peu visitée. Les opportunités de travail dans les pays asiatiques sont à étudier… Le retour au Maroc avec un profil parfaitement anglophone ouvre aussi des portes intéressantes. Mondialisation oblige !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *