Périscope : Cercle vicieux

La diplomatie américaine tente de débloquer les négociations entre le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne, au lendemain de l’échec de médiateurs égyptiens qui sont rentrés chez-eux sans parvenir à une percée sur une trêve des violences. Israël annonce la visite demain dans la région du secrétaire d’Etat Colin Powell. Cette visite s’inscrit dans le contexte des coups durs portés à la «feuille de route» noyée dans un bain de sang après la flambée de violence en Israël et dans les territoires palestiniens réoccupés.
Le dialogue supervisé par Washington n’a entraîné jusqu’à présent aucun résultat tangible, le Hamas rejetant toujours l’éventualité d’un cessez-le-feu avant la fin de l’occupation israélienne. Le Hamas veut la fin de cette occupation et insiste sur l’importance de la poursuite de la résistance dans le processus de libération. Le Mouvement palestinien refuse de se laisser tromper par la politique d’Ariel Sharon de la carotte et du bâton. La position de Hamas semble justifiée par les agressions tous azimuts menées par Israël contre le peuple palestinien toutes tendances confondues. Tous les coups sont permis pour le gouvernement israélien qui n’hésite plus à cibler même les chefs politiques palestiniens.
Dans cette guerre sans trêve, Israël se voit encouragé objectivement par l’Administration Bush qui a désigné les groupes armés palestiniens, tel le Hamas, comme seuls responsables de la flambée de la violence. Bien plus, les Etats-Unis ont exclu l’envoi d’une force américaine, ou internationale pour séparer les belligérants, tant demandé par plusieurs parties avec en tête l’Organisation internationale. L’envoi de cette force aurait permis l’arrêt de la spirale de la violence qui bloque le processus de paix.
La situation qui prévaut à présent dans la région est très compliquée et inconfortable.
Il y a dans le gouvernement et l’état-major israéliens des éléments extrémistes convaincus de pouvoir régler tous les problèmes israélo-palestiniens par la force. Ces porte-parole des colons déclarent même publiquement qu’ils poursuivront leur politique d’assassinat et de meurtre. Que peuvent faire dès lors les Palestiniens face à de telles pratiques si ce n’est se défendre et riposter ? On tourne en rond. On est dans un véritable cercle vicieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *