Agadir : L’association Titrit offre son soutien aux prisonniers

Agir pour améliorer la condition des prisonniers au sein du centre pénitencier d’Ait Melloul et être à l’écoute des gens en détresse, ce sont-là les bases de fondement de l’association Titrit d’Agadir. Cette association à but non lucratif, créée en 2004 par une dizaine de femmes, est aujourd’hui l’une des associations les plus actives de la région. Elle est animée par le souci d’apporter sa contribution au tissu associatif de la ville. Cependant, elle reste différente dans la mesure où ses membres ont opté pour un engagement sans précédent au niveau régional. Ces femmes ont en effet choisi, en toute connaissance de cause, d’apporter leur soutien aux pensionnaires du centre pénitencier d’Ait Melloul. Un secteur qui connaissait jusque-là une quasi absence de la contribution de la société civile.
«Nous avons créé cette association dans un seul objectif, celui d’apporter notre contribution pour améliorer les conditions de vie des prisonniers au centre pénitencier de la région. Nous avons ainsi élaboré un plan d’attaque afin de leur apporter un minimum d’aide. Nous nous sommes inscrites dans cette démarche afin de réaliser notre souhait d’aider ces prisonniers à mieux s’intégrer dans la société, une fois leur peine purgée», souligne Chadia Mahfoud, présidente de l’association. Et afin d’assurer cette contribution au quotidien et au cœur de ce centre, les membres de l’association se relaient pour donner des cours d’alphabétisation, aux femmes dans une première étape, pour pouvoir les sortir de l’abîme de l’ignorance. «Nous avons découvert que la plupart des femmes ne disposaient même pas du minimum de connaissance pour affronter la vie. C’est pourquoi notre premier engagement était celui de lutter contre l’analphabétisme», explique Mme Chadia.
Cependant, l’alphabétisation n’est qu’une première étape dans l’engagement de ces femmes. Donner une activité économique aux bénéficiaires de ce  programme fait partie des objectifs de l’association. L’objectif étant d’assurer un revenu stable à ces femmes et de leur permettre de subvenir à leurs besoins au sein et en dehors du centre.
«Dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), nous disposons d’une subvention qui nous permettra d’assurer des formations dans différentes filières de pâtisserie, informatique et gastronomie. La commercialisation des produits assurera un revenu pour ces femmes. De même que cet apprentissage leur sera bénéfique pour lutter contre la précarité une fois libérées», explique la présidente de Titrit. L’association Titrit collabore par ailleurs avec l’association Lalla Salma pour la prise en charge des malades atteints de cancer. Elle assure en outre des programmes de soutien aux enfants du Centre de sauvegarde de l’enfance de la ville d’Agadir. Aide, soutien et écoute sont également un champ de bataille au quotidien pour cette association qui a décidé de créer deux centres d’écoute. Le premier à Inezgane et le second à quelques kilomètres de la ville et plus précisément à Temsia. «Nous avons ouvert ces centres d’écoute pour nous approcher de la population locale, apporter notre soutien et conseil aux gens en détresse dans différents cas de divorce, de violence et problèmes de famille», a souligné Mme Chadia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *