Agadir : Les handicaps à l’entrepreneuriat

Quels sont aujourd’hui les handicaps au développement de l’entrepreneuriat au niveau de la région du SMD ? Les résultats d’une étude réalisée pour le Centre régional d’investissement en collaboration avec l’ENCG (Ecole nationale de commerce et de gestion) apportent de nouveaux éléments de réponse. Notons que les résultats de cette étude ont été révélés au public lors de la session de la Chambre de commerce, d’industrie et des services d’Agadir, tenue récemment. L’étude qui s’est étalée sur une période allant de 2002 à 2008 a pris comme échantillon 1.112 entreprises. Ainsi, les premiers résultats de cette recherche, effectuée sur le terrain, ont pointé du doigt en premier lieu le problème du financement. Soulignons dans ce cadre le manque de réactivité des banques par rapport aux demandes de crédits adressées par les jeunes entrepreneurs ainsi que la longueur des délais de libération des crédits contractés auprès des agences bancaires. La flambée du taux d’intérêt a également été mise en cause. Cependant, le problème du financement est loin de constituer le seul handicap à la promotion de l’entrepreneuriat, l’absence d’une étude de faisabilité du projet ainsi que la surestimation de la valeur du crédit à contracter, entre autres, constituent des handicaps. Et si le financement est un handicap majeur dans la création de l’entreprise, les banques ne sont pas pour autant les seules sources de fonds pour démarrer un projet. En effet, les résultats de cette étude démontrent les répercussions négatives de l’absence de caisses de financement dédiées à chaque secteur ainsi que l’insuffisance de caisses régionales. Un autre élément majeur est également désigné dans cette étude. Il s’agit, cette fois-ci, du secteur informel. Vendeurs ambulants, «ferracha», ateliers informels, sont autant d’éléments qui constituent une concurrence déloyale mettant en péril les efforts des entrepreneurs et l’avenir de l’entreprise. Cependant, certaines solutions ont été proposées pour y remédier. Notons dans ce sens l’éradication du secteur informel ainsi que la promotion de l’esprit entrepreneurial aussi bien au niveau des écoles que des centres de formation. Côté financement, les banques ont été exhortées de s’inscrire dans ce mouvement de promotion de l’entrepreneuriat en facilitant aux porteurs de projets l’accès aux crédits ainsi qu’en adaptant leurs taux d’intérêt. Les responsables de la région sont également appelés à travailler davantage sur la mise en place de fonds et de caisses régionaux pour promouvoir l’entrepreneuriat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *