Chichaoua : Lancement d’un centre de qualification agricole

Ce centre, s’étalant sur une superficie globale de 1.857,28 m2, a été réalisé grâce à une enveloppe budgétaire globale de 8,2 millions DH, dont 6 millions DH pour la construction assurés par le secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle et 2,2 millions DH pour l’équipement, pris en charge conjointement par le ministère de l’Agriculture et le secrétariat d’Etat.
Le centre comprend un bloc administratif, trois salles de classe, une salle de réunion, deux ateliers pour la mécanique agricole et l’élevage, un internat de 120 places (garçons et filles), un réfectoire, un foyer pour stagiaires, un terrain de travaux pratiques (TP) et un terrain de sport.
L’objectif du CQAA de Chichaoua est de contribuer à l’augmentation de la capacité d’accueil du secteur agricole pour atteindre les objectifs arrêtés dans la convention cadre signée avec le ministère de l’Agriculture.
Il ambitionne de participer à la modernisation du secteur agricole dans la zone de Chichaoua, la formation par apprentissage des jeunes ruraux en vue d’acquérir des compétences professionnelles leur facilitant l’insertion dans la vie active, la préparation d’une main-d’œuvre qualifiée, la promotion de l’auto-emploi et surtout la garantie de la relève des parents agriculteurs.
Inscrit dans l’esprit de la politique de proximité adoptée par le gouvernement, ce centre a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, le secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle et le conseil provincial de la préfecture de Chichaoua.
D’une durée de 8 mois sanctionnée par un certificat d’aptitude professionnelle, la formation professionnelle au sein du centre sera alternée entre des exploitations agricoles (80 %) et le centre de formation (20 %).
Les domaines de formation prévus sont l’élevage, la production végétale et la mécanique agricole. M. Oulbacha a fait savoir que les centres de formation par apprentissage sont des structures permettant aux jeunes ayant interrompu leurs études de suivre des formations dans les domaines de l’agriculture, de l’artisanat, du tourisme, du BTP et du textile.
Il a expliqué, dans ce sens, que ce mode de formation se distingue par le fait qu’il est dispensé à hauteur de 80 % au sein des entreprises et de 20 % au sein des centres, ce qui favorise une intégration aisée des diplômés dans le marché du travail. M. Oulbacha a précisé, également, que la mise en œuvre depuis 3 ans déjà du système de formation par apprentissage a permis d’atteindre un taux d’intégration des diplômés dans le marché de l’emploi de 80%, tandis que les 20 % restants procèdent à la création de leurs propres entreprises.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *