Fès-Boulemane : 157 MDH pour des projets agricoles en 2012

Fès-Boulemane : 157 MDH pour des projets agricoles en 2012

Un budget de 157 millions de dirhams (MDH) sera débloqué en 2012 pour la réalisation de onze projets agricoles s’inscrivant dans le cadre du Pilier II (agriculture solidaire) du plan agricole régional Fès-Boulemane, déclinaison locale du Plan Maroc Vert. Ces projets concernent le développement des filières légumineuse et de l’olivier à Fès, l’amandier, l’olivier, le pommier, le prunier et le figuier à Sefrou et quatre autres projets de l’olivier à Boulemane, selon les dernières données de la direction régionale de l’agriculture (DRA). L’année prochaine verra aussi le lancement d’un autre projet-Pilier I (agriculture moderne et à haute valeur ajoutée), se rapportant à l’agrégation de la filière légumineuse (pois chiche) à Fès et Sefrou. Pour ce qui est de l’année en cours, un projet-Pilier I a été lancé avec un investissement de 1,5 MDH pour l’agrégation de la filière céréales à Fès et Sefrou, alors que trois autres projets-Pilier II sont, eux, en cours de mise en œuvre, pour le coût de 29 MDH. Ils portent, entre autres, sur le développement des filières des céréales, du pommier et de l’olivier à Sefrou. En 2010, la région avait vu le lancement d’un projet-Pilier I sur la valorisation de la filière lait dans la province de Moulay Yaacoub (135 MDH) et la mise en œuvre de cinq autres projets Pilier II avec une enveloppe budgétaire de 46 MDH. Des projets qui portaient essentiellement sur le développement des filières de l’olivier à Fès, du safran, du miel et de l’olivier à Sefrou et des viandes rouges ovines à Sefrou et Boulemane. Un premier bilan de l’application du PAR Fès-Boulemane, dressé par la DRA, fait état d’une cadence des projets-Pilier II qui s’annonce «plutôt bonne», avec huit projets mis en œuvre depuis 2010 et 11 projets programmés pour 2012, soit 83 % du PAR. La délégation note, toutefois, que les projets-Pilier I avancent «timidement» avec deux projets mis en œuvre depuis 2010 et un seul projet programmé pour 2012, soit 4% du PAR. Cette progression à deux vitesses n’empêche pas les responsables agricoles locaux de souligner que «les importantes réalisations accomplies jusqu’à présent auront inéluctablement des retombées positives sur l’amélioration des performances des filières, en quantité et en qualité, et contribueront à l’appui de la trésorerie de l’agriculteur».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *